10 bonnes raisons d’aimer Paris en août

290

Contrairement à bien d’idées reçues, il y a beaucoup de choses à faire en août dans la capitale et on ne s’y ennuie pas. Expositions, cinéma, balades… retrouvez toutes nos bonnes raisons d’aimer Paris en août !

Raison n°1 : le métro désertique

S’il y a bien une chose appréciable au mois d’août à Paris, ce sont les métros. Comme la plupart des gens profitent des plages ensoleillées, les métros, eux, sont quasiment vides (ce qui nous change des 11 autres mois de l’année). On retrouve de l’espace dans les rames, on arrive même à toucher le graal de la RATP et avoir une place assise, et ça, ça n’a pas de prix.

Raison n°2 : de la musique à gogo

Si on vous dit festival de musique et mois d’août, vous pensez forcément à Rock en Seine. Et oui, le monde ne s’arrête pas de tourner et il y a de gros événements musicaux qui se produisent sur la capitale. Cette année, Macklemore, PNL ou encore Justice viendront enflammer la scène parisienne de Rock en Seine, rien que ça. Le mois d’août est bel et bien synonyme de musique. On aime par ailleurs assister aux petits concerts gratuits organisés un peu partout dans la ville, toujours munis d’une bonne bière à la main, bien sûr.

Raison n°3 : un air de vacances avec Paris Plages

Franchement, qui voudrait se retrouver serré sur une plage de la Côte d’Azur quand on a Paris Plages ? On vous l’accorde, se retrouver sur les quais de Seine en maillot de bain sans pouvoir faire trempette, ce n’est pas ce qu’on préfère. Mais tout de même, on peut peaufiner son bronzage sereinement sur un transat, sans avoir à débourser un seul centime, malin !

Raison n°4 : de la place en terrasse

Quelle joie de pouvoir s’installer paisiblement en terrasse, sans avoir à subir – malgré nous – les discussions provenant des tables juste à côté. On a de la place, on ne doit pas attendre une demi-heure pour être servi, et qui plus est, les serveurs sont plus sympas qu’en temps normal.

Raison n°5 : un peu d’aventure

Trouver une boulangerie ouverte, un bon restaurant où bruncher le dimanche ou encore un Monop’ pour faire ses courses devient un véritable jeu de piste. Nos endroits favoris sont malheureusement tous fermés, ce qui nous oblige à élargir notre champ des possibles à des contrées lointaines… Un nouveau périmètre autour de notre quartier se dessine ; on ose désormais excéder les 500 mètres de marche pour trouver ce que l’on cherche. Résultat : on découvre avec surprise de merveilleux endroits, jusque-là inexplorés.

Raison n°6 : pas d’attente au musée

En août, on aime prendre du temps pour soi. La température nous amène aussi à nous réfugier dans les musées, à la recherche de fraîcheur. Et quoi de plus agréable que d’aller dans un musée où il y a à peine 5 minutes de queue, à la place des 2 heures habituelles. Cela donne presque envie d’y aller tous les jours !

Raison n°7 : le cinéma en plein air

Exit la toute petite salle du centre de vacances où un seul film ne passe dans la semaine, pour nous ça sera cinéma en plein air ou rien. Direction La Villette pour une séance de cinéma très vintage : on s’installe confortablement dans son siège, on sort les pop-corns et le tour est joué !

Raison n°8 : les parcs ouverts plus longtemps

L’avantage de rester à Paris en août, et en été plus généralement, c’est qu’on trouve de nombreux parcs ouverts 24h/24 et 7j/7. Alors quoi de mieux que de profiter de ces véritables poumons verts dans la capitale pour pique-niquer avec ses proches ou lire son bouquin préféré en toute tranquillité !

Raison n°9 : des Vélib’ en veux tu en voilà

Une balade en vélo, c’est toujours agréable quand il fait beau. Sauf que le reste de l’année, si on ne prend pas son Vélib’ à 6h du mat, il nous reste celui sans selle, sans guidon ou sans roue. En août, une véritable horde de Vélib’ s’offre à nous : on peut soigneusement choisir celui qui nous accompagnera dans notre périple journalier. On se croirait presqu’à la campagne !

Raison n°10 : le calme plat au travail

Le téléphone ne sonne pas toutes les 5 minutes, on est presque seul dans l’open space et on a même le temps de songer aux merveilleuses vacances qu’on prendra en septembre. Et lorsque les collègues rentreront de vacances et crouleront en un rien de temps sous le travail, on sera bien loin, sur une plage à  Bali ou en train de gravir le sommet du Machu Picchu par exemple. Le rêve quoi.