La question de la semaine : de quand datent les premiers passages piétons à Paris ?

1754
© Nick_Nick / Shutterstock.com

La semaine dernière, on vous révélait l’endroit où se cache le plus vieil arbre de Paris et on vous racontait sa petite histoire. Cette semaine, on s’attaque à l’arrivée des passages piétons de la capitale ! De quand datent-ils ? À quoi ressemblaient-ils ? On vous dit tout.

Une chose est sûre, le concept du passage piéton ne date pas de la dernière pluie : il y a 2000 ans, Pompéi possédait déjà des espaces spécifiques pour laisser passer les piétons, composés de larges blocs de pierre surélevés d’une trentaine de centimètres !

Et pourtant, les premiers passages piétons parisiens ne remontent qu’à 1925, soit une bonne dizaine d’années après l’arrivée des premières automobiles dans les rues de la capitale. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne ressemblaient pas du tout à ceux que l’on connaît aujourd’hui : exit les larges lignes blanches, faites place à de gros clous de 10 à 15 centimètres de diamètre, enfoncés dans la chaussée en deux rangées perpendiculaires aux trottoirs.

Passages cloutés à Paris – piétons traversant – [photographie de presse] : Agence Meurisse

Vous comprenez désormais pourquoi nos grands-parents, voire nos parents utilisent encore le terme « passage clouté » pour parler de ces espaces dédiés aux piétons ! Mais si les premiers passages piétons sont arrivés à Paris en 1925, c’est dans les années 1930 qu’ils ont commencé à pousser comme des champignons : en 1928, il en existait seulement 78 dans toute la capitale ; en 1929, ils n’étaient encore que 254 ; en 1934, on en comptait plus de 12 000 !

Un passage clouté représenté dans un Code de la Route de 1958

Et en ce qui concerne les passages piétons composés d’un marquage au sol que l’on parcourt aujourd’hui ? Bien plus visibles par les automobilistes et donc plus sécurisés, ils ne sont pourtant apparus dans nos rues qu’au tournant des années 1960 et se sont réellement développés au cours de la décennie suivante. Il n’y a pas si longtemps, donc !