Le périphérique parisien bientôt profondément transformé

Le périphérique parisien devrait connaître de nombreuses évolutions au cours des prochaines années et plusieurs projets sont déjà en préparation. On fait le point.

Inauguré en grande pompe en 1973 et destiné à désengorger le centre de la capitale, le périphérique s’est transformé au fil des ans en un sujet de discorde et de critique pour bon nombre de Parisiens. L’époque a changé, le périph’ doit suivre le pas… Mais quels scénarios se dessinent pour cette boucle de 35 km ?

Une vitesse limitée à 50 km/h

Le projet le plus à même de voir le jour rapidement est l’abaissement de la vitesse maximale à 50 km/h afin de fluidifier le trafic tout autour de la capitale et lutter contre la pollution atmosphérique. Proposé par la Mission d’information et d’Évaluation (MIE) du Conseil de Paris à Anne Hidalgo qui s’y est montré favorable, ce projet pourrait voir le jour dès 2020 et au plus tard en 2024.

© hyotographics

Des immeubles-ponts au-dessus du périphérique

Plus étonnant : la mise en place d’infrastructures immobilières sur le périphérique ! Deux grands projets sont déjà engagés dans l’Ouest de Paris, du côté de la Porte Maillot. Le projet « Ville multistrate », proposé dans le cadre de “Réinventer Paris”, est un immeuble-pont qui s’implantera au-dessus du boulevard périphérique en tranchée ouverte. Quant au projet “Mille Arbres”, il s’agit d’un grand ensemble immobilier composé de 1000 arbres, d’un parcours public, d’immeubles d’habitation et de bureaux, d’un hôtel, de restaurants et d’un grand pôle dédié aux enfants… Tout ça au dessus du périph’ !

© Projet Mille Arbres / Compagnie de Phalsbourg

Projet Ville Multistrates © Bnp Paribas immobilier / Jacques Ferrier Architectures / Chartier Dalix Architectes / SLA Paysagistes

Des routes “multimodales” et des voies réservées

Autre projet, celui de transformer le périphérique en une route capable d’accueillir tous les types de mobilités grâce à des sections de routes réservées. Une voie réservée au covoiturage, aux transports en commun et aux véhicules propres pourrait ainsi être mise en place à court-terme. Certains projets vont plus loin en proposant des voies réservées aux livraisons et besoins vitaux, des pistes cyclables ou encore des chaussées vertes pour les piétons… Tous les types de transports pourraient alors se côtoyer sur cette route empruntée par 1,1 million de véhicules chaque jour. À voir dans les années à venir !

© RSH-P

C.R

Partager: