Le Saviez-vous ? L’eau de la Seine n’a jamais été aussi propre qu’aujourd’hui

© Shutterstock

On le sait, Paris est l’une des villes les plus polluées au monde. Depuis des années, la capitale fait face à des pics réguliers de pollution aérienne, tandis que l’utilisation massive de l’amiante pendant des décennies se retrouve toujours dans nos sols. En réalité, une seule ressource s’est améliorée dans ce domaine au cours du siècle dernier : l’eau de la Seine. On vous dit comment et pourquoi.

Il y a quarante ans, deux espèces de poissons seulement se baladaient dans les eaux parisiennes de la Seine. Aujourd’hui ? Ce sont près de 30 espèces différentes qui naviguent à Paris : gardons, chevesnes, poissons-chats, tanches, truites… On peut même trouver des saumons dans la Seine ! Cette augmentation du nombre de poissons (qui ne sont pas consommables) montre bien à quel point la qualité des eaux de la Seine s’est améliorée.

Et pourtant, la Seine revient de loin. Depuis toujours, elle a été souillée par la vie humaine et économique de la capitale : blanchisseries et bateaux-lavoirs, navigation marchande, déchets industriels, égouts, eaux usées, gravats de construction… Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la Seine était un dépotoir ambulant.

Une situation qui ne s’est pas arrangée ensuite, puisque la qualité des eaux de la Seine n’a cessé de diminuer jusqu’au début des années 1960. C’est à cette époque que la première grande loi de lutte contre la pollution des eaux est votée et les premières agences de gestion de l’eau sont créées. Plus d’eaux usées rejetées dans la Seine, des stations d’épurations plus nombreuses et plus performantes, des analyses poussées et régulières de l’eau… Grâce à la mise en place de toutes ces mesures, les eaux de la Seine n’ont jamais été aussi propres qu’aujourd’hui.

Attention toutefois, plus propre qu’hier ne veut pas dire propre tout court. En cas de fortes pluies, l’eau charrie toujours de nombreux polluants et piquer une tête dans la Seine présente encore des risques sanitaires, liés notamment aux bactéries qui y sont présentes. Un arrêté datant de 1923 interdit d’ailleurs toujours la baignade dans la Seine, même si la mairie de Paris souhaite pouvoir le faire sauter d’ici 2024. Les épreuves de nage libre et de triathlon des Jeux olympiques pourraient alors se dérouler dans le fleuve et les Parisiens pourraient y faire trempette l’été. À voir, car à l’heure actuelle, on ne vous conseille vraiment pas de piquer une tête dans la Seine… sauf si vous voulez chopper une gastro.

C.R

Partager: