Les secrets des îles parisiennes

2354
visite île cité Pont-Neuf Paris
© Kiev.Victor

Le saviez-vous ? Paris possède pas moins de 13 îles ! Et si vous ne les connaissez pas toutes, et bien vous devriez , parce qu’elles regorgent d’histoires fascinantes ! On vous en raconte quelques-unes…

La plus grande : avec ses 22,5 hectares, c’est bien sûr l’île de la Cité ! (75001 / 75004) Elle est considérée comme le berceau de la ville de Paris, et se trouve d’ailleurs au coeur de la capitale. Il existait sur l’île, au début de notre ère, un temple dédié à Jupiter. Il fut remplacé entre 511 et 558 par la cathédrale Saint-Étienne de Paris, l’ancêtre de Notre-Dame de Paris.

A l’époque Carolingienne, l’île de la Cité devient le siège du pouvoir ; la Conciergerie, aussi appelé « Palais de la Cité » fut la résidence des rois de France du 5 ème au 14 ème siècle. Une importante transformation des lieux s’opère ensuite, au XIXème siècle, sous l’impulsion du baron Haussmann. Les bâtiments de l’Hôtel Dieu furent d’ailleurs construits à cette époque. Il est, par la date de sa fondation (651), le plus ancien hôpital de Paris !

Aujourd’hui, l’île de la Cité est un haut lieu touristique de Paris. Un morceau d’histoire où des vestiges de tous temps se côtoient.

Extrémité Est de l’île de la Cité, avec le Pont Neuf © Kiev.Victor

La plus authentique : c’est l’île Saint-Louis (75001), voisine de l’île de la Cité. Toutes deux sont les seules îles naturelles de Paris. C’est un petit village (8 rues et 4 quais) qui s’étend sur 11 hectares et qui se compose en réalité de deux îlots autrefois séparés : l’île Notre Dame (partie occidentale) et l’île au Vache (partie orientale). Lors de la Révolution, elle constitua l’une des 48 sections révolutionnaires parisiennes, baptisée « section de la Fraternité ».

L’île tire son nom actuel (donné en 1725), de Louis IX. Selon la légende, ce roi avait l’habitude de venir y prier. Désormais, elle est surnommée « l’île aux Palais » du fait des nombreux hôtels particuliers qui la peuplent. Sur certaines façades, des noms illustres rappellent que l’île Saint-Louis fut un lieu prisé par les plus grands. Baudelaire, Marie Curie, Voltaire ou encore George Pompidou y ont séjourné. En 2013, ils étaient près de 2 500 privilégiés à y vivre. On les appelle « les ludoviciens ».

L’île mérite d’être visitée pour son atmosphère de Grand Paris, ses sublimes demeures comme l’Hôtel de Bretonvilliers ou l’Hôtel Lambert et son église également. Cette dernière, de style baroque, fut construite par François le Vau. Pillée pendant la Révolution, elle conserve tout de même de beaux ornements du 19 ème siècle.

L’île Saint Louis et le pont de la Tournelle © Delpixel

Les plus romantiques : ce sont sans doute les siamoises, l’île de Bercy et l’île de Reuilly (75012). Elles furent créées au milieu du Lac Daumesnil, au coeur du Bois de Vincennes. Accessible par une passerelle en suspension d’une vingtaine de mètres, ou à la force des bras, en barque, l’Ile de Bercy cache de nombreuses petites grottes et un charmant belvédère.

Sur ses 2,5 hectares, on trouve également des arbres magnifiques ; à l’instar d’un tulipier de Virginie, planté en 1930 et mesurant plus de 20 mètres. Ou d’un platane commun planté en 1860 et dépassant les 45 mètres.

Quant à l’île de Reuilly, elle est reliée par deux ponts, d’un côté à la rive du lac, de l’autre à sa jumelle. À son extrémité est, on découvre une grotte et une cascade artificielles créées au 19 ème siècle par l’architecte Gabriel Davioud. Celles-ci sont surplombées par un adorable kiosque inspiré du temple de Vesta à Tivoli (Italie). A l’ouest de l’île trône également un chalet Suisse acheté par la mairie de Paris pour l’exposition universelle de 1867.

Le temple de Vesta de l’île de Reuilly. Vesta est la déesse vierge du foyer dans la mythologie romaine © Mikhail Gnatkovskiy

La plus dépaysante : c’est l’île du lac inférieur du Bois de Boulogne (75016). Elle est minuscule (75m de long, 20m de large) mais renferme un joli trésor.
En 1852, le Bois de Boulogne est cédé par Napoléon III à la ville de Paris. Dès 1857 le premier édifice de l’île est bâti par l’architecte Gabriel Favioud : un kiosque, situé à la pointe de l’île.

En 1880, pour exhausser le voeux de sa femme, l’impératrice Eugénie, Napoléon III fait démonter et transporter par train un authentique chalet suisse (encore un!) construit par l’architecte Seiler. Après son périple de Berne à Paris, la bâtisse est remonter à l’identique au centre de l’île. L’endroit, idyllique, devient très en vogue au début du 20 ème siècle. Il est alors un rendez-vous incontournable de la scène littéraire française.

Parmi ses illustres clients : Proust, qui évoque le lieu à plusieurs reprises dans son ouvrage « A la recherche du temps perdu » : «  (…) l’île du Bois m’avait semblé faite pour le plaisir parce que je m’étais trouvé aller y goûter la tristesse de n’en avoir aucun à y abriter. » L’île est accessible gratuitement par canotier et l’on peut y bruncher, boire un thé, ou faire la fête au chalet ! Une parenthèse enchantée au bord de l’eau.

L’île du lac intérieur du Bois de Boulogne est un vrai petit paradis © Chalet des îles

La plus discrète : est aussi la plus longue. L’île aux Cygnes, entre le pont de Bir-Hakeim et le pont de Grenelle (75015), s’étire sur 890 mètres. Sa superficie est de 3 hectares, où l’on peut s’évader lors d’une balade sous les saules pleureurs et les peupliers.

S’évader où ? A Manhattan pardi ! On y trouve en effet une réplique miniature de La Statue de la Liberté. Celle de l’île des Cygnes mesure 11,5 mètres tandis que l’Américaine culmine à 46,5 mètres. C’est un cadeau des Etats-Unis à la France fait en 1889, en célébration du centenaire de la révolution française. 

Son joli nom, elle le tient de Louis XIV. Le roi adorait les cygnes et en fit donc importer 40 du Danemark. Les oiseaux arrivèrent à Paris accompagnés de 300 œufs qui furent installés sur l’île Maquerelle surnommée, du coup,« île des Cygnes ». Aujourd’hui disparue, elle était située sur la Seine, au niveau du Champ-de-Mars. En 1805, il n’y a presque plus de cygnes sur l’île et cette dernière est rattachée à la berge pour agrandir le Champ-de-Mars. L’île des Cygnes qu’on connait aujourd’hui est en fait une digue artificielle créée en 1825 et appelée ainsi en hommage à l’île du Roi-Soleil.

Derrière la Statue de la Liberté de l’île des Cygnes se dresse la Tour Eiffel © Peter Kirillov