Musée d’Orsay : une exposition exceptionnelle sur l’inclassable James Tissot

James Tissot, La galerie du HMS Calcutta (Portsmouth), vers 1876, Royaume-Uni, Londres, Tate Collection © Tate, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / Tate Photography

Du 23 juin au 13 septembre 2020, le Musée d’Orsay nous propose une rétrospective inédite sur l’oeuvre du peintre nantais James Tissot à travers une centaine de ses oeuvres, dont soixante tableaux.

Bercy Village

Cela faisait 35 ans qu’une exposition n’avait pas été consacrée au peintre James Tissot à Paris : pour sa réouverture, le Musée d’Orsay (7e arrondissement) reprend le flambeau du Petit Palais en 1985 pour nous offrir une rétrospective exceptionnelle sur le peintre nantais, grand ami des impressionnistes Degas et Manet dont on peut parfois retrouver le style, mais résolument inclassable.

Formé à l’École des Beaux-Arts de Paris, celui qui vivra une grande partie de sa vie adulte en Angleterre – changeant même son nom de naissance, Jacques-Joseph, pour James – a mené une carrière prolifique des deux côtés de la Manche. Inclassable, touche-à-tout, James Tissot (1836-1902) débute à Paris à la fin des années 1850, notamment à travers des oeuvres inspirées de l’art japonais, mais c’est à Londres, après la guerre de 1870 et la Commune de Paris, qu’il verra sa carrière prendre de l’ampleur. Un brin Dandy, James Tissot se plaira à dévoiler la vie mondaine de la haute-société anglaise, puis française, au cours d’une carrière où il touchera à tous les styles et toutes les techniques : quand il ne peint pas des thèmes bibliques ou mondains, il s’essaie à l’estampe, à la photographie et même à l’émail cloisonné.

L’exposition James Tissot, l’ambigu moderne, qui a d’abord été présentée au Legion of Honor Fine Arts Museum de San Francisco, s’intéresse à l’oeuvre de ce peintre multi-facettes en la réinscrivant dans le contexte artistique et social de son temps et en présentant, bien sûr, ses oeuvres les plus iconiques, dont son fameux Cercle de la rue Royale peint en 1868. Constituée d’une centaine d’oeuvres dont soixante tableaux, l’exposition est à découvrir jusqu’au 13 septembre 2002 au Musée d’Orsay.

James Tissot, Le Cercle de la rue Royale, 1868 © Musée d’Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

James Tissot, La galerie du HMS Calcutta (Portsmouth), vers 1876, Royaume-Uni, Londres, Tate Collection © Tate, Londres, Dist. RMN-Grand Palais / Tate Photography


+D’INFOS

Musée d’Orsay
1 Rue de la Légion d’honneur, 75007
James Tissot, l’ambigu moderne – du 23 juin au 13 septembre 2020

C.D

Partager: