Paris en un chiffre insolite : 2484 km

775
Nombre de kilomètres d'égouts à Paris

2484. C’est le nombre de kilomètres d’égouts présents sous nos pieds… soit l’équivalent de la distance séparant Paris et Moscou !

Cette immense étendue qui se cache sous les pavés parisiens est une véritable ville sous la ville : entretenue et surveillée quotidiennement par près de 320 égoutiers, elle est organisée de la même façon que notre chère capitale. Eh oui, sous la terre aussi on se repère grâce à des plaques de rues (qu’on pourrait, du coup, appeler « plaques de galeries ») installées à chaque embranchement ! La plupart des galeries possèdent même des numéros correspondant à ceux des immeubles situés juste au-dessus. Sans ça, impossible de se repérer dans ce dédale sombre et humide…

View this post on Instagram

Where the streets have no name

A post shared by Ignacio Gubianas (@iggubi) on

Ce chiffre est d’autant plus impressionnant qu’il y a un siècle et demi, les égouts n’existaient toujours pas. En effet, ce n’est que dans les années 1850, sous Napoléon III, que le premier vrai système d’évacuation des eaux usées et pluviales a vu le jour : ne se contentant pas de transformer Paris en surface, le préfet Haussmann et son acolyte l’ingénieur Belgrand se sont attelés dès 1854 à créer ce vaste réseau d’assaissinissement et lui ont permis d’atteindre les 600 km dès 1878.

Si pratiques soient les égouts (imaginez-vous en train de vider votre pot de chambre tous les soirs avant d’aller dormir !), il s’agissait avant tout d’améliorer la salubrité et l’hygiène de la capitale et d’éviter la propagation des maladies telles que le choléra. Avant cela, pratiquement toutes les eaux usées (comprenant les matières fécales, l’urine et parfois des ordures ménagères…) étaient récoltées dans des fosses d’aisances, séchées dans des grands dépotoirs parfois situés à l’intérieur même de Paris et revendues aux agriculteurs pour en faire de l’engrais… Pas très hygiénique !