Paris Fashion Week : le défilé Chanel crée le débat

Entre émerveillement et indignement, le décor du défilé prêt-à-porter Chanel n’a laissé personne indifférent.

Comme à son habitude, Karl Lagerfeld avait vu les choses en grand pour son défilé prêt-à-porter automne-hiver 2018-2019. Après le supermarché, l’aéroport, la brasserie parisienne ou encore le casino, le Grand Palais avait cette fois des allures de forêt automnale. Arbres vertigineux, ciel brumeux et parterre de feuilles rouges, jaunes et orangées… le décor était plus vrai que nature.

Si les invités et beaucoup d’internautes ont été conquis par cet environnement spectaculaire, tout le monde n’a pas partagé le même enthousiasme. La raison ? Neuf véritables chênes ont été retirés de leur environnement naturel et replantés sous la coupole du Grand Palais. De quoi agacer fortement la fédération d’associations écologistes France Nature Environnement (FNE) qui n’aura pas attendu longtemps pour dénoncer cette « hérésie qui illustre le manque de prise en compte de l’environnement dans l’industrie du luxe. »

« Promotion de la diversité des forêts françaises, invitation au retour à la nature, volonté de se donner une image de marque éco-responsable… Quelles que soient les motivations de Chanel, c’est raté. Car la nature, ce ne sont pas des arbres coupés en forêt, transportés en camion pour être mis en scène, puis envoyés à la benne à ordures » s’est indignée la fédération dans un article. Face à ces accusations, la luxueuse enseigne a tenu à réagir dans un communiqué et à préciser qu’il ne s’agissait pas de chênes centenaires comme évoqué dans l’article de la FNE mais « de chênes et de peupliers en provenance d’une forêt française du Perche, acquis dans le cadre d’un plan de coupe autorisé ».

La marque s’est également engagée à replanter une parcelle de 100 nouveaux chênes au sein de la forêt. Voilà qui calmera peut-être le débat.