Paris : les Grands Magasins et leur histoire

Partons à la découverte des boutiques les plus mythiques de Paris : les Grands Magasins !

C’est un passage incontournable lorsque l’on séjourne dans la capitale ! Chaque année, les grands magasins sont pris d’assaut par des millions de visiteurs, touristes et parisiens. Mais si on adore y flâner et se perdre dans leurs allées, que sait-on vraiment de leur histoire ? Tour d’horizon de ces boutiques mythiques et de leur origine.

Le Bon Marché
C’est le plus ancien de tous les grands magasins parisiens. Son histoire débute en 1838. Paul et Justin Videau ouvrent alors un commerce où les clients peuvent trouver divers articles : du linge de maison, des parapluies et des produits de mercerie. Mais c’est Aristide Boucicaut qui fit du Bon Marché ce qu’il est aujourd’hui. En 1853, il s’associe aux deux frères et décide de créer un grand magasin axé sur une clientèle féminine. Les années suivantes, Aristide et sa femme rachètent les parts de leurs associés, agrandissent le magasin, mettent en scène les articles, étiquètent leurs produits… Les prémices du Grand Magasin sont nés. Le Bon Marché verra naître bien d’autres nouveautés : le principe du “satisfait ou remboursé”, l’échange, la possibilité d’essayer les vêtements avant l’achat, le statut d’employé ou encore les soldes, qui y seront popularisées. Et puis, non négligeable, le magasin a tout de même inspiré « Au bonheur des Dames » à Emile Zola ! Raison de plus pour y foncer.

Le BHV Marais
Quelques temps après le Bon Marché, en 1852, c’est au tour du Bazar de l’Hôtel de Ville d’être créé par le commerçant lyonnais, Xavier Ruel. De toutes les boutiques parisiennes qu’il possède, celle de la rue de Rivoli connait le plus grand succès. Et ça tombe bien car un concours de circonstances va permettre au commerçant d’agrandir considérablement son magasin. En 1855, l’impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, passe devant le magasin avec ses chevaux. Ces derniers se cabrent, semant un vent de panique. Intervient alors Xavier Ruel, qui réussit à calmer la situation. En guise de remerciement, l’impératrice lui donna de l’argent qu’il investira dans sa boutique afin de l’agrandir. C’est le début du succès. Première partie du 20e siècle, le Bazar de l’Hôtel de Ville, repris par le petit fils du créateur, se lance dans les articles de mode, avant de se diversifier encore plus au fil des années.

Le Printemps Haussmann
S’il y en a plusieurs au sein de la capitale, le magasin du boulevard Haussmann est incontestablement le plus mythique de tous. C’est aussi le premier magasin du groupe à avoir ouvert ses portes, en 1865. A l’époque, le quartier est peu urbanisé (difficile à croire !), mais deux entrepreneurs, Jules Jaluzot et Jean-Alfred Duclos, prennent le pari d’y installer leur magasin, alors spécialisé dans la vente de tissus. La qualité des articles permettra au magasin de devenir célèbre dans toute la France et les prix bons marchés (c’était une autre époque !) fidélisèrent la clientèle. Au fil des années, le magasin s’agrandira et deviendra l’un des plus élégant de Paris. Le magasin est classé monument historique depuis 1975.

Les Galeries Lafayette
Voisines du Printemps Haussmann, les Galeries Lafayette ont été créées quelques années plus tard, en 1894. A l’époque, Alphone Kahn et son cousin Théophile Boder reprennent un commerce de détails multi-spécialiste installé au 1 rue La Fayette. Les Galeries sont nées. Les années qui suivent, le quartier devient de plus en plus animé poussant les deux grands magasins à s’agrandir. Ils rachètent donc chacun d’autres immeubles du boulevard Haussmann. La célèbre coupole des Galeries Lafayette Haussmann sera réalisée quelques temps plus tard. C’est le plus visité des grands magasins.

Aujourd’hui, si certains y viennent pour faire des affaires, beaucoup se contentent d’arpenter leurs allées, d’admirer leurs vitrines (particulièrement en hiver, où tous sortent le grand jeu), la beauté de leur architecture, leur style Art Nouveau, d’y boire un verre, de profiter de leur vue… Et bonne nouvelle, la Samaritaine, inaugurée en 1870 et fermée depuis 2005, est actuellement en travaux. Elle devrait donc venir compléter la liste des Grands magasins parisiens encore en activité. Un de plus ? On ne va pas bouder notre plaisir.