Paris : les potagers envahissent les toits

Avis aux écolos et aux défenseurs de l’agriculture locale et biologique, voici une liste de quelques endroits qui cultivent leurs propres fruits, légumes et herbes aromatiques en plein coeur de Paris.

Sur les toits ou dans les caves, plusieurs associations, start-up, sociétés ou restaurants s’approprient des parcelles de terre agricole au coeur de la capitale et produisent, vendent, consomment, leurs propres légumes, fruits et plantes aromatiques ou champignons. Des produits de qualité cultivés de façon éco-responsable et solidaire.

1) Les toits du Bon Marché

Depuis 2016, la société Topager a mis en place sur les toits du grand magasin une centaine de bacs à la disposition des collaborateurs. Afin de favoriser collectivement le développement durable, les salariés cultivent eux-mêmes herbes aromatiques, plantes potagères et petits fruits de manière locale et biologique. Mais ce n’est pas tout ! Les collaborateurs ont également été initiés par Topager au compostage, à la rotation des cultures et à la lutte biologique contre les ravageurs !

Bon Marché,
24 Rue de Sèvres,
75007 Paris

2) Le toit de l’hôtel Yooma

Né en Belgique, le concept de la société Peas and Love s’est implanté au sommet du toit de l’hôtel Yooma près du centre commercial Beaugrenelle, au printemps 2017.
L’idée ? Louer des parcelles de terres cultivables d’une superficie de 3m2 pour 38 euros par mois (et 100 euros à l’entrée) à des particuliers afin qu’ils puissent cultiver leurs propres fruits et légumes (jusqu’à 71 plantations) au coeur de la capitale avec vue sur la Seine pendant leurs séances de jardinage.
Le petit plus de cette idée ? Un « community farmer » à la disposition des agriculteurs pour s’occuper de leurs plantes en leur absence au quotidien et une application mobile qui permet de suivre les récoltes et la pousse de ses plantes.

 Hotel Yooma,
51 Quai de Grenelle
75015 Paris

3) Les toits des Galeries Lafayette

C’est à l’initiative de la start-up « Paris sous les fraises » que se sont transformées depuis 2016 les terrasses des Galeries Lafayette (et du BHV) en potager d’une superficie de plus de 1000m2.
C’est à la manière « hors sol », inventée par Yohan Hubert, le patron de la start-up, que sont cultivées fraises, framboises et plantes aromatiques qui fournissent trois restaurants du quartier. « Faire venir la campagne en ville » telle était la volonté à l’origine de ce projet qui est aujourd’hui le plus grand potager urbain d’Europe.

 Galeries Lafayette
40 Boulevard Haussmann
75009 Paris

4) La Caverne, une ferme urbaine souterraine

Inaugurée le 14 avril 2018, la première ferme urbaine en sous-sol de la capitale était autrefois un parking désaffecté du 18ème arrondissement.
A l’initiative de l’entreprise Cycloponics, c’est dans un but de production solidaire, locale, bio et respectueuse de l’environnement que cet ancien espace recyclé de 3500m2 donne vie à des produits tels que les champignons, les radis ou encore les shiitake (champignons japonais) qui souvent nécessitent un éclairage particulier. C’est avec l’envie de développer la permaculture souterraine que la société diversifie ses productions et ses approches agronomiques.
Tous les employés de La Caverne sont des habitants du 18ème arrondissement; une envie de dynamiser l’écosystème du quartier en créant de l’emploi. Les produits sont vendus à des prix plus bas qu’en grande surface et un système de livraison à domicile en vélo est également en place, toujours avec une volonté de limiter la pollution et de rester respectueux de l’environnement.

 La Caverne
24/26 Rue Raymond Queneau
75018 Paris

D’ici 2020, la Ville de Paris, avec son projet Parisculteurs, espère végétaliser 100 hectares. En attendant d’atteindre son objectif, les projets continuent de se multiplier : un potager a également été planté sur le toit-terrasse du centre médical de la RATP, « La Ferme Lachambeaudie » dans le 12e arrondissement; « Mushroof » a vu le jour sur le toit-terrasse de l’hôtel logistique de Chapelle International (19e arr.); l’opéra Bastille va accueillir sur son toit un potager et une houblonnière sur une surface de 2 500 m² répartis sur quatre terrasses.