Paris : les transports en commun toujours délaissés

Les transports en commun parisiens vont-ils continuer à être désertés ? © Paolo Gallo

Depuis la fin du confinement, nombreux sont les Parisiens à choisir de ne plus prendre les transports en commun. Par crainte d’être confrontés au Coronavirus ou parce qu’ils ont pris de nouvelles habitudes ?

En quelques mois, les grandes grèves de décembre 2019 et janvier 2020 puis l’épidémie de Coronavirus ont transformé les habitudes des Parisiens : le télétravail a gagné du terrain, tout comme l’emploi du vélo pour se déplacer, tandis que les transports en commun ont connu une nette baisse de fréquentation.

Une fréquentation toujours en baisse trois mois après la fin du confinement

Lors du confinement, la RATP a connu une baisse de 73% de son trafic. Près de trois mois après la réouverture progressive du pays, la fréquentation dans les transports en commun parisiens n’est toujours pas revenue à la normale : fin juillet, la RATP estimait à 60% le nombre de voyageurs utilisant son réseau par rapport à un mois de juillet normal.

Si cette baisse de fréquentation peut s’expliquer en partie par l’absence de touristes extra-européens, il révèle tout de même une tendance : les citadins évitent encore massivement les transports en commun, que cela soit en recourant au télétravail ou en trouvant des alternatives. Une étude diffusée par RTL a en effet établi que les Français sont 31% à moins, voire plus du tout, utiliser les transports en commun depuis la fin du confinement. Parmi ces réfractaires aux transports publics, 20% préfèrent prendre la voiture et 12% le vélo.

Une explosion du nombre de vélos circulant sur les pistes cyclables

À Paris, cette tendance se révèle notamment à travers une forte augmentation des vélos à Paris, favorisée par la création de nombreuses « coronapistes ». S’il est impossible de savoir exactement combien de vélos circulent dans la capitale, on sait qu’entre 2019 et 2020, la fréquentation a augmenté sur quasiment toutes les pistes cyclables de Paris possédant un compteur de passage. D’après les chiffres communiqués par la Ville de Paris, à la mi-juin 2020, plus de 14 000 vélos étaient comptabilisés quotidiennement rue de Rivoli, contre 2000 à l’automne 2019. Sur l’ensemble des pistes cyclables de Paris possédant un compteur, le trafic vélo du mois de juin 2020 a plus que doublé (119%) par rapport au mois de juin 2019. La question étant : est-ce une tendance qui va changer les habitudes des Parisiens, et donc durer, ou une période de transition avant un retour « à la normale » ?

 

C.D

Partager: