Canicule à Paris : quels records sont tombés aujourd’hui ?

© muratar

Plus que quelques heures et cette canicule aux chaleurs insupportables ne sera plus qu’un mauvais souvenir. En une journée, les températures ont atteint des sommets et fait tomber plusieurs records à Paris et dans sa banlieue.

On les attendait et ça n’a pas loupé : les records sont tombés comme des dominos aujourd’hui, au cours d’une journée devenue la plus chaude à Paris depuis la création des relevés météorologiques en France. Petit recap’ de ceux qui sont tombés… ou non !

NON Température nocturne minimale à Paris : 25 °C contre 25,5 °C en août 2003

À l’heure la plus fraîche de la journée, les thermomètres de Météo France relevaient, ce matin, des températures très élevées : 25 °C à la station météorologique Montsouris. Le record absolu n’est en revanche pas battu, les températures n’étaient pas descendues sous les 25,5 °C les nuits des 11 et 12 août 2003.

Pas de record donc, malgré des températures encore plus importantes relevées au coeur de la ville : à la station de l’Hôpital Lariboisière (10e arr.), la température minimale évaluée était de 28,3 °C au petit matin. Cette différence s’explique par le fait que la station du parc Montsouris (la seule prise en compte pour les relevés historiques) se trouve protégée par plusieurs hectares d’arbres et de verdure qui limitent les effets de la chaleur. 

OUI Température maximale absolue à Paris : 42,6 °C vs contre 40,4°C en juillet 1947

Celui-là était quasiment sûr de tomber : les prévisionnistes de Météo-France tablaient sur des températures allant jusqu’à 42°C au plus fort de la journée et le précédent record, datant du 28 juillet 1947, n’était que de 40,4°C.

Le record a été battu dès 13h36 avec 40,6°C relevés à Paris-Montsouris, mais le mercure a continué de grimper tout au long de l’après-midi jusqu’à atteindre 42,4°C à 15h20, puis 42,6° à 16h32, toujours à la station Montsouris.

Ce chiffre place Paris en troisième position des capitales européennes possédant le plus haut record de chaleur, derrière Athènes (Grèce) et Nicosie (Chypre), mais devant Bucarest (Roumanie), Lisbonne (Portugal) ou encore Madrid (Espagne).

OUI La nuit la plus chaude sur l’ensemble de l’Hexagone : 21,4°C vs. 21,3 °C en août 2003

Avec un indicateur national de température minimale à 21,4 °C, la nuit de mercredi à jeudi a été la plus chaude jamais observée en France depuis la création des relevés officiels de mesure, juste devant les 21,3 °C de la nuit du 14 août 2003. Cet indicateur utilise la moyenne des températures moyennes de 30 villes représentatives du pays.

SANS DOUTE La journée la plus chaude sur l’ensemble de l’Hexagone ?

De nombreuses autres villes de France ont explosé leurs précédents records de chaleur et, à l’échelle du pays, ce jeudi devrait devenir la journée la plus chaude jamais observée depuis le début des mesures. L’indicateur national de température maximale (qui utilise la moyenne des températures moyennes de 30 villes représentatives du pays) avait atteint 29,4°C pendant le 5 août 2003, un record qui devrait être dépassé ce jeudi. La réponse demain, quand Météo France aura mis les compteurs à plat et que nous auront perdu une bonne dizaine de degrés !

 

 

C.R

Partager: