Trottinettes électriques : plusieurs opérateurs abandonnent Paris

trottinette électrique

Des opérateurs de trottinettes électriques lâchent Paris. Les contraintes liées aux mesures mises en place par la Mairie de Paris, ainsi que les dégradations constantes du matériel, les ont fait fuir. 

Les trottinettes électriques sont sous les feux des projecteurs depuis leur arrivée massive à Paris. Adorées des utilisateurs et détestées des autres, elles provoquent quotidiennement de vives réactions de la part des Parisiens. Entre accidents mortels, recharges illégales dans des immeubles et gênes sur les trottoirs, elles sont aujourd’hui considérées comme le fléau de la capitale française.

Pour pallier ses problèmes, la Mairie de Paris a mis en place plusieurs mesures pour lutter contre les accidents et la gêne. La limitation de vitesse a été baissée, le stationnement et la circulation sur les trottoirs ont été interdits et la conduite à deux bannies. Même si les mesures sont pour le bien-être de tout le monde, les opérateurs peinent à suivre le rythme. C’est pourquoi près de la moitié d’entre eux a finalement décidé de quitter la capitale : Bolt, Wind, Hove, UFO et Tier.

Pour les usagers des trottinettes électriques, pas de panique. Si Paris est si encombré par ces engins de déplacements personnels, c’est aussi parce que la concurrence est énorme. Sur les 12 opérateurs de freefloating parisiens, 7 sont encore en service : Lime, Bird, VOI, Circ, Dott, Jump et B-Mobility. Le choix reste donc toujours très large pour les adorateurs de petits deux-roues.

E.B

Partager: