Paris : les boulangeries classées monuments historiques

Amateurs de pains et d’histoire, voici quelques-unes des plus belles boulangeries et anciennes boulangeries de Paris, toutes classées monuments historiques.

À Paris comme en France, aller chercher sa baguette à la boulangerie est une véritable institution.  Parfois même, on se contente de passer devant la boutique, sentir la délicieuse odeur qui s’en dégage et admirer les jolies pâtisseries exposées. Et d’autres fois encore, on s’arrête pour observer la beauté de leurs devantures. Il faut dire qu’il y a de quoi faire ! Aux quatre coins de la capitale, quelque 30 boulangeries et anciennes boulangeries sont classées monuments historiques, protégées pour leurs façades, leur vitres peintes ou leurs décors intérieurs. En voici une petite sélection, certaines ayant conservées leurs activités de boulangeries-pâtisseries, d’autres non. 

Le Moulin de la Vierge (7e et 14e)

Il y en a plusieurs dans la capitale, dont deux classées monuments historiques. Le premier dans le 7e, l’autre dans le 14e. Si celle du 7e est toujours ouverte, le magasin du 14e, maison mère inaugurée en 1906, a malheureusement fermé ses portes en 2016. Mais la devanture n’a pas perdu de sa superbe. Paysages champêtres, écritures dorées, panneaux noirs, moulures… on n’a aucun mal à comprendre pourquoi la boulangerie est classée monument historique.

La pâtisserie Stohrer (2e)

Direction la rue Montorgueil, dans le 2e arrondissement. Au numéro 51 se dresse la plus ancienne pâtisserie parisienne, Stohrer, implantée là depuis 1730. Si l’extérieur est charmant, prenez le temps de visitez l’intérieur, car il l’est tout autant. Vous y trouverez de superbes peintures datant de 1868 attribuées au peintre français Paul Baudry.

La boulangerie du 28 boulevard Beaumarchais (11e)

Cette fois-ci, pas de noir ni de doré, couleurs pourtant très présentes sur les boulangeries classées. Mais la boutique n’en est pas moins l’une des plus belles de la capitale avec sa devanture très colorée : de la faïence, du bleu, du rouge, des fleurs… Classée depuis 1984, elle est désormais occupée par la maison Landemaine dont la réputation n’est plus à faire. Du beau et du bon, que demander de plus ?!

Chez Julien (4e)

Le célèbre restaurant parisien était une boulangerie il y a bien longtemps. Au premier abord, pas facile à remarquer. Mais à y regarder de plus près, il n’y a pas de doute : aujourd’hui encore, on peut observer des panneaux et des médaillons réalisés vers 1900 représentant un moulin, des gerbes de blé et indiquant « pains français viennois ».

L’ancienne boulangerie du 2 rue Emilio-Castellar (12e)

Encore une jolie boulangerie qui a fermé ses portes. Mais la devanture, elle, est restée intacte aves ses jolis panneaux bleus et dorés retraçant les étapes de la moisson. Petite anecdote télévisuelle pour les amateurs de Gossip Girl : la boulangerie a fait une apparition dans la série, lorsque quelques-uns des personnages visitaient la capitale. 

Les anciennes boulangeries des 23 et 29 rue des Francs-Bourgeois (4e)

Ici, le pain, les viennoiseries et les pâtisseries ont laissé place aux vêtements et aux accessoires. Mais ces boulangeries ayant été classées monuments historiques, leur devanture demeure encore aujourd’hui. Façade marron, panneaux noirs, écritures dorées et peintures bucoliques… voilà deux boutiques de vêtements comme on en voit peu. Les panneaux du 23 ont été réalisé par les ateliers « Benoist et Fils », décorateurs ayant embelli bon nombre de commerces alimentaires au milieu du 19e siècle. 

Pour la liste complète des boulangeries classées, c’est par ici : compagnons-boulangers-patissiers.com