La question de la semaine : Où se cachent les stations fantômes parisiennes ?

1287
© JD / Wikicommons
© JD / Wikicommons

Si le métro parisien compte officiellement 302 stations, il en existe une dizaine d’autres qui n’accueillent aucun voyageur et ne semblent être là que pour alimenter la curiosité des Parisiens. Jamais ouvertes, fermées par manque de voyageurs ou lors de la Seconde Guerre mondiale, ces stations dites « fantômes » n’en finissent pas d’intriguer. On part à leur découverte !

13. C’est le nombre de stations fantômes achevées qui ne se trouvent pas sur les plans de la RATP, mais qui se cachent bel et bien sous nos pieds ! Deux d’entre elles n’ont tout simplement jamais été ouvertes, bien que leur construction ait été achevée : il s’agit des stations Haxo, située non loin de la station Pré-Saint-Gervais (7bis), et Porte Molitor, dans le quartier d’Auteuil. Ces deux stations ne possèdent aucun accès sur l’extérieur, mais ressemblent à s’y méprendre à des stations « normales »… les graffitis en plus  !

La station Haxo © Gonioul / Wikicommons
Des graffitis dans la station Haxo © Gonioul / Wikicommons

Parmi toutes les stations anciennement ouvertes, puis fermées pour cause de fréquentation trop les plus connues sont sans doute les stations Porte des Lilas-Cinéma et Croix Rouge. La première, accessible par une porte grise parfaitement fermée à clé depuis la station, ouverte, du même nom a été fermée en 1971 et s’est depuis transformée en véritable plateau de cinéma. Chaque année, une demi-douzaine de scènes sont tournées au sein de cette station fantôme qui se modifie au grès des envies des réalisateurs.

La seconde, Croix Rouge, se trouve sur la ligne 10, entre les stations Sèvres-Babylon et Mabillon. Elle a été fermée en 1939, lors de l’entrée dans la Seconde Guerre mondiale de la France et n’a jamais été rouverte depuis. On en a pourtant beaucoup entendu parler il y a quelques mois, et pour cause : un restaurant pourrait bien voir le jour d’ici quelques années sur les quais de cette station fantôme ! Ce projet un peu fou a été sélectionné à l’issue de l’appel à projets « Réinventer Paris » organisé par  la Ville de Paris.

La station Croix Rouge © Vincent Desjardins / Wikicommons

Outre ces deux stars des stations fantômes, cinq autres stations ont été ouvertes, puis fermées quelques années plus tard. La plupart possèdent d’ailleurs toujours une ou plusieurs entrées, uniquement franchissables par quelques privilégiés. Arsenal, située sur la ligne 5 entre Bastille et quai de la Rapée, possède par exemple son entrée, condamnée, sur le bouvard Bourdon, dans le 4e arrondissement, tandis que la station Gare du Nord USFRT sert désormais de centre de formation pour les conducteurs de la RATP. Vous pourrez donc parfois voir des gens passer la grille de l’entrée située au sud du boulevard de Denain, dans le 10e arrondissement… sans pour autant pouvoir la franchir vous-même !

Les stations Champ-de-Mars, sur la ligne 8 entre La Motte-Picquet et École Militaire, et Saint-Martin, sur les lignes 8 et 9 entre Strasbourg-Saint-Denis et République, ont également été fermées pour cause de fréquentation trop faible. Elles possèdent toujours leurs entrées, parfaitement condamnées. Enfin, la station Martin Nadaud a beau ne plus exister, elle n’est pas tout à fait une station fantôme : elle a simplement fusionné avec la station Gambetta et se trouve aujourd’hui intégrée à cette dernière !

Entrée condamnée de la station de métro Champ de Mars, au niveau de la place Joffre (7e) © Bellomonte / Wikicommons

Quant aux actuelles stations Porte Maillot (ligne 1), Porte de Versailles (12), Victor Hugo (2), et Les Halles (4), à l’origine, elles ne se trouvaient pas tout à fait là où elles se trouvent aujourd’hui : il existe donc, sous terre et non loin de chacune d’elle, une autre station du même nom, abandonnée et uniquement accessible depuis les souterrains.

C.R