Le jour où… Un trésor a été découvert dans la statue du Pont Neuf !

Érigée sur le plus ancien pont de la capitale, la statue équestre du roi Henri IV est sans doute la plus célèbre de Paris, et pour cause : idéalement située à la pointe de l’Île de la Cité, elle voit passer des milliers de Parisiens et de touristes chaque jour. Mais saviez-vous qu’un trésor y a été retrouvé il y a quelques années ? On vous raconte cette étonnante découverte.

Représentant le roi Henri IV en cavalier, la statue du Pont Neuf a connu bien des aventures au cours de son existence. Érigée en 1614, elle a été entièrement détruite à la Révolution, puis reconstruite à l’identique à la fin des années 1810… La sculpture en bronze que l’on connaît aujourd’hui n’est donc « que » la petite soeur de la première statue.

Comme nous l’indique l’inscription latine gravée sur son piédestal, cette deuxième statue a été inaugurée en grande pompe en août 1818 : « La statue du très illustre roi Henri le Grand, qui avait été un père pour son peuple, fut jetée à bas, à l’indignation de la France, au cours de la Révolution. Après le retour de Louis XVIII, des citoyens issus de tous les ordres se cotisèrent et la rétablirent, ainsi que l’inscription honorifique détruite en même temps que la statue, qu’ils firent graver de nouveau dans la pierre. Fait le 25 août 1818. » Mais ce qui n’est pas noté sur cette inscription, c’est le trésor caché en cet été 1818 par les ouvriers qui ont travaillé sur la statue !

irena iris szewczyk / Shutterstock.com

Ce trésor restera caché pendant près de deux siècles, jusqu’au 18 novembre 2004 : ce jour-là, à l’occasion de la restauration du monument, un groupe d’ouvriers fouille les entrailles de la statue et tombe sur plusieurs boîtes et étuis, parfaitement scellés. Au total, quatre boîtes sont retrouvées dans l’estomac de l’équidé et trois étuis sont découverts dans la tête du roi.

Première surprise, les boîtes cachées dans le ventre du cheval étaient plus ou moins connues des spécialistes, mais les trois étuis n’avaient jamais été envisagés par les historiens ! Deuxième surprise : s’il est assez habituel de cacher, dans une statue, des objets ayant rapport à sa construction, la teneur des objets retrouvés ici diffère beaucoup de la tradition puisque c’est un véritable hommage à Henri IV que l’on découvre.

En effet, à l’intérieur, on y trouve non seulement une copie de la certification de la première statue de 1614 et des documents retraçant le transfert de la statue jusqu’au Pont Neuf, mais aussi plusieurs livres en l’honneur d’Henri IV : une biographie du roi écrite par Hardouin de Péréfixe, Les Œconomies royales de Sully (principal conseiller d’Henri IV) et deux tomes de La Henriade de Voltaire, l’épopée écrite par le philosophe en l’honneur du roi. Enfin, Louis XVIII n’avait pas oublié de mettre sa petite touche dans la statue de son prédécesseur puisqu’on y trouve également 26 médailles à son effigie !

Ampliation du procès-verbal d’inauguration de la statue de 1614 découvert dans la statue du Pont Neuf en 2004 – Phot. Département de la conservation. © Archives nationales, Paris

Quant aux trois petits étuis situés dans la tête d’Henri IV, ils contenaient un morceau de parchemin listant les noms des travailleurs ayant réalisé la statue, et deux autres morceaux de parchemin trop fragiles pour être étudiés avec les techniques de restauration actuelles. L’ensemble est précieusement conservé aux Archives nationales.

View this post on Instagram

| #VSCO 🇫🇷

A post shared by Daniel Badiali (@baadiali) on

C.R

Partager: