Métro : quelles sont les lignes où l’on capte le mieux la 4G ?

1200
metro aerien paris
Ligne 6, métro aérien © Ekaterina Pokrovsky

Bientôt la 4G dans le métro ? La RATP met les bouchées doubles pour satisfaire les usagers. En attendant, Zone 5G a sorti un classement des lignes où l’on capte le mieux. 

S’il y a bien une zone de Paris dans laquelle la communication est difficile, c’est le métro. Malgré des avancées technologiques qui ne cessent de nous impressionner, le métro reste un endroit où il n’est pas toujours évident de capter. « Non distribué » ou « Tu m’entends ? » sont les petites phrases qui accompagnent le quotidien des usagers du réseau ferroviaire. Pour savoir sur quelle ligne nous captons le mieux, le comparateur indépendant d’opérateurs « Zone 5G » a publié un classement des meilleures aux plus mauvaises lignes.

© Zone 5G

Le classement a été fait à partir des données de l’Arcep, ceux-ci se sont basés sur la rapidité de chargement des pages et de l’envoi d’un message. Les lignes 1, 2 et 6 sont les lignes les mieux couvertes par le réseau. Cependant la ligne 2 et la ligne 6 sont à moitié des métros aériens, la connexion reste donc la même qu’à l’extérieur comme le confirme le détail de la couverture internet par stations. Sur la ligne 2, de Jaurès à Barbès-Rochechouart (aérien) le réseau est élevé, de Pigalle à Rome (souterrain) le réseau est inexistant.

Zone 5G révèle également l’indice de performance par opérateur et c’est Orange qui arrive en tête avec une vitesse de chargement de 5.30 secondes pour une page web, 8.63 secondes pour l’envoi d’un message et 71.06% de couverture lors d’un appel. Contre 7.52 secondes de chargement d’une page web pour Free, qui est le dernier de la liste, 14.03 secondes pour l’envoi d’un message et 60.17% de couverture lors d’un appel.

Bientôt le déploiement du réseau 4G sur l’ensemble du métro parisien ?

D’après les informations de la RATP, le déploiement total des réseaux 3G/4G devraient bientôt arriver sur l’ensemble du métro parisien. D’ici fin 2019, toutes les stations et lignes de métro pourraient être en capacité de capter et naviguer sur internet de la même façon qu’ailleurs. Pourtant, les contraintes sont multiples puisque la petitesse des locaux empêche les travaux d’avancer. Les précautions liées à la chaleur dégagée par les équipements repoussent la productivité des ouvriers ainsi que l’obligation de mener les travaux la nuit. La RATP précise tout de même que les opérateurs ont choisis de mutualiser leurs équipements dans les sous-sols parisiens, pour accélérer les chantiers.

E.B