Paris : les trottinettes électriques, plus polluantes qu’on ne le croit

931
trottinette electrique polluante paris
© Akaberka

Batterie en lithium, cadre en aluminium, durée de vie très courte, les trottinettes électriques ne sont pas si écolo que l’on ne le croit. 

Les trottinettes électriques sont à la fois le moyen de transport tendance du moment et la cible de de toutes les critiques. Trop présentes dans la capitale, trop encombrantes, elles sont peu appréciées des piétons et automobilistes. Aujourd’hui, un nouveau point noir vient ternir la réputation de ces engins motorisés : elles seraient tout sauf un moyen de transport écologique.

Et pour cause : batteries en lithium, cadre en aluminium… La production des éléments composant les trottinettes électriques est extrêmement énergivore et polluante. Les batteries en lithium demandent beaucoup de ressources et d’énergie, dont certaines sont très difficiles à extraire et engendre des impacts forts sur l’environnement.

Une étude américaine de l’Iop Science, parue le 2 août, montre que l’impact énergétique  moyen (empreinte carbone) des trottinettes électriques est de 202g de gaz à effet de serre par passager et par mile parcouru, soit environ 126g pour un 1km. Un chiffre gigantesque comparé aux 3,8g* par km du métro parisien et aux 95g des bus* !

50% de ces gaz à effet de serre sont liés à sa production (provenance des matériaux et assemblage), 43% à la distribution du produit (souvent fabriqué en Chine) et 4,7% à la recharge de l’appareil. Tout cela sans compter sur la durée de vie des trottinettes qui n’est finalement pas si durable que ça : certains s’amusent en effet à les détruire ou à les dégrader volontairement, comme on a pu le constater récemment avec des tonnes de trottinettes repêchées dans la Seine.

 

 

*Chiffres RATP

E.B