Touristes à Paris : le coup de gueule des guides parisiens

Paris, ville parmi les plus visitées au monde, serait-elle devenue un bourbier pour les touristes étrangers ? C’est l’avis de nombreux guides touristiques qui, excédés par les dysfonctionnements qu’ils rencontrent, ont décidé d’élever la voix.

Paris est la ville touristique par excellence : constamment dans le Top 3 des villes les plus visitées au monde, elle n’en finit pas d’attirer les étrangers qui viennent parfois de l’autre bout du monde pour découvrir ses monuments et ses rues si emblématiques.

Pourtant, quand ils arrivent, ce qu’ils découvrent est loin d’être rose : pickpockets, transports peu adaptés aux touristes, embouteillages liés aux travaux sur voirie, manque de toilettes publiques… Les désagréments sont nombreux pour ces touristes qui injectent beaucoup d’argent dans l’économie parisienne. La Fédération nationale des guides interprètes et conférenciers (FNGIC), qui compte parmi ses rangs quelque 600 guides conférenciers parisiens, a donc décidé de faire part de son ras-le bol.

Des touristes au Musée du Louvre © Christian Bertrand / Shutterstock

Pour ces guides qui doivent gérer des groupes comptant souvent une quarantaine de touristes, la Ville de Paris ne fait pas suffisamment d’efforts pour ces voyageurs. Le manque de toilettes publiques, par exemple, fait partie des axes qui, pour le groupement de guides, doivent être améliorés : dans des propos recueillis par Le Parisien, il demande la création de 40 cabines de toilettes autour des sites à forte présence touristique.

Les guides touristiques mettent également en avant les difficultés de circulation et le manque de places de parking pour les bus touristiques qui peuvent engendrer des situations à risque. D’autant plus que de nombreuses places qui leur sont habituellement dédiées sont actuellement inutilisables à cause des nombreux travaux qui ont lieu dans la ville un peu partout. Résultat, la plupart des bus touristiques pratiquent ce que l’on appelle les “déposes sauvages”, c’est-à-dire des débarquements de passagers sur des places non sécurisées et non réglementées.

Enfin, la FNGIC regrette l’augmentation des vols à la tire et des actes de pickpockets aux abords des sites touristiques. Selon la fédération des guides, tous ces désagréments accumulés compliquent non seulement la tâche des guides touristiques au quotidien, mais mettent également en péril la sécurité des touristes. On comprend mieux pourquoi certains touristes finissent par développer un véritable syndrome de Paris

C.R

Partager: