10 des plus anciens commerces de Paris (1/2)

1607
Le restaurant La Tour d'Argent donne sur la cathédrale Notre Dame © Thomas Renaut
Le restaurant La Tour d'Argent donne sur la cathédrale Notre Dame © Thomas Renaut

Brocanteurs, boulangers, restaurants, magasins de jouets… Qu’est ce que toutes ces enseignes ont en commun ? Leur grand âge ! Vivre Paris vous propose une première sélection des magasins et autres commerces les plus anciens de la capitale.

1) Au Plat d’Etain : ce magasin, spécialisé dans les soldats de plomb et figurines de collection se trouve au 16 rue Guisarde. Le Général de Gaulle était, enfant, un adepte de la boutique. Depuis 1775, toute l’histoire défile en miniature dans les vitrines du magasin et les collectionneurs y trouvent toutes les plus grandes marques, de CBG Mignon à Tradition of London en passant par Marlborough…  Aujourd’hui, les clients viennent du monde entier pour acheter ces jouets anciens qui n’ont pas pris une ride

  • 75006. Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 18h30.

    © DR

2) A La Civette : voici le plus ancien bureau de tabac de Paris, fondé en 1716. Son nom fait référence à un rongeur, la civette, dont le musc fixait les arômes des parfums, et servait à la fabrication des cigares. Le magasin doit sa renommée à la Duchesse de Chartres, épouse de Louis-Philippe d’Orléans, qui, en 1754 déclara qu’on y vendait « le meilleur tabac de Paris ». Grâce à son sous-sol voûté, vestige de la Chapelle du premier Hôpital des Quinze-Vingt avant son transfert rue de Charenton, ce tabac dispose d’une cave naturelle d’humidification de cigares. Cette dernière vit passer des grands noms : Voltaire, Georges Sand, Benjamin Franklin, Bonaparte, Winston Churchill.. Bref, le 177 rue Saint-Honoré est un lieu mythique.

  • 75001. Ouvert en semaine de 8h00 à 21h00, le samedi de 10h00 à 21h00 et le dimanche de 10h00 à 19h00

    © DR

3) Stohrer : cette pâtisserie, ouverte en 1730, est la plus ancienne de la capitale. C’est le franco-polonais Nicolas Stohrer, pâtissier officiel de Maris Leszczyńska, épouse du roi Louis XV qui la créa. Il est aussi l’inventeur du Baba au rhum (originellement appelé « Ali Baba » en référence aux Contes des Milles et Une Nuit) ; un dérivé d’une brioche sèche, met traditionnel polonais. C’est au 51 rue de Montorgueil qu’ouvre la boutique, décorée au 19ème siècle par Paul Baudry et aujourd’hui partiellement inscrite aux Monuments Historiques.

  • 75002. Ouverte tous les jours de 7h30 à 20h30.

    © Géraldine Martens

4) Rarissime : Ce magasin, situé au 18 rue Saint-Roch était autrefois un salon de coiffure qui aurait été fondé en 1630. En 1638 il devient une boutique d’antiquités. 380 ans plus tard, elle existe encore, accrochée à l’un des murs de l’église Saint-Roch, elle-même construite à partir de 1653. La devanture en bois peint et l’escalier hélicoïdal du 17ème siècle en fait un endroit vraiment hors du temps, où l’on prend plaisir à fouiller à la recherche de trésors cachés.

  • 75001. Ouvert du lundi au samedi, de 11h00 à 14h00 et de 15h00 à 19h00.

5) La Tour d’Argent : ce restaurant, l’un des plus vieux d’Europe dit-on, est une institution parisienne. Au départ c’était une hostellerie (ou un négoce de vin, personne ne sait vraiment), ouvert par un chef, monsieur Rourteau en 1582. Son nom fait référence au château de la Tournelle qui lui faisait face (situé en bord de Seine et aujourd’hui disparu), dont l’une des tours avait, le soir, des reflets argentés. C’est à la Tour d’Argent que la fourchette (originaire d’Italie) fait son apparition, inaugurée par le roi Henri IV. Détruit puis reconstruit en 1830, le restaurant a connu de nombreux propriétaires prestigieux : le chef personnel de Napoléon, Lecoq. Frédéric Delair, qui a fait connaître le fameux « Canaton Tour d’Argent » qui fait depuis la renommée du restaurant, et enfin André Terrail, dès 1911. C’est son petit fils qui gère aujourd’hui les lieux.

  • 75005. Ouvert du mardi au samedi, de 12h00 à 14h00 et de 19h00 à 21h00.

    © DR

6) La Mère de Famille : il suffit de pénétrer dans la boutique, au 35 rue du Faubourg Montmartre, pour comprendre… Comptoir et guichet en bois, lustres en métal, carreaux anciens… C’est un véritable saut dans la Belle Epoque. Répertoriée Monument Historique, la plus vieille confiserie de la capitale existe depuis 1761. Créée par Pierre Jean-Bernard, un jeune épicier originaire de Coulommiers, la Maison compte aujourd’hui 11 magasins dans tout Paris, en plus de la boutique historique. En 2017, l’enseigne rachète Stohrer (cf le numéro 3) et ouvre une boutique en l’honneur des deux Maisons, dans le 7 ème arrondissement.

  • 75009. Ouverte du lundi au samedi de 9h30 à 20h00 et le dimanche de 10h00 à 19h30.

    © Mossot

7) La Petite Chaise : un autre très vieux restaurant parisien, qui lui aussi, était au départ la boutique d’un marchande de vin : Georges Rameau. Le nom de l’établissement lui vient du vieux français « chèze » qui signifiait maison. Ouvert depuis 1680, on y dégustait des poissons de la Seine, du gibier des plaines de Grenelles et de fameux clients vinrent s’y attabler à toutes époques, notamment Phillipe d’Orléans, Châteaubriand ou encore Toulouse Lautrec. La Petite Chaise fut même le QG d’un étudiant bien connu des français : François Mitterand.

  • 75007. Ouvert tous les jours de 12h00 à 14h00 et de 19h00 à 23h00.

    © DR

8 ) A l’Oriental : que vous soyez fumeur ou non, ce magasin ne vous laissera pas indifférent. Ouvert en 1818 dans les Jardins du Palais Royal, on y trouve des articles de fumeurs, des pipes et autres antiquités. Repris en 1999 par Rakel Van Kote, elle emploie aujourd’hui trois artisans et a transformé l’échoppe en une véritable caverne d’Ali Baba. Parmi sa collection, on peut voir la pipe de Georges Brassens ou des boîtes à cigares de l’époque Napoléon III. Et à en croire les photos fièrement exposées sur le comptoir, l’endroit attire du beau monde…

  • 75001.

    © Wassila Djellouli

9 ) Debauve et Gallais : sur leurs tablettes de chocolat, on peut lire :« Chocolatier des rois de France ». L’histoire de la Maison commence en effet en 1779, alors que le pharmacien ordinaire du roi, Sulpice Debauve, décide de mélanger un médicament contre le mal de tête à du beurre de cacao, afin que sa patiente (un brin difficile) accepte de se soigner. Cette patiente n’est autre que Marie-Antoinette, qui, conquise par la recette de ces petites médaillons, leur donne le nom de « Pistoles de Marie-Antoinette ». Les premier chocolat à croquer sont nés. Sulpice devient par la suite chocolatier officiel de Louis XVI, puis obtient le brevet de chocolatier du Premier Consul Napoléon. Il crée la Maison Debauve & Gallais avec son neveux et ouvre, en 1800, sa première boutique. Depuis 1817, cette chocolaterie d’exception se trouve rue des Saints-Pères

  • 75007. Ouverte du lundi au samedi de 9h00 à 19h00.

    © DR

10) Le Procope : c’est le plus ancien café-restaurant de Paris. Le café, boisson récemment importée par l’émissaire du sultan ottoman Mehmed IV, peine à se faire une place à Paris. A cette époque, un sicilien, Francesco Procopio dei Coltelli ouvre son établissement, en 1686, au 13 rue de l’Ancienne-Comédie. Le lieu devient vite l’un des café littéraire les plus en vogues, avec des clients comme Voltaire ou Rousseau. Sous la Révolution, le Procope est le point de réunion de Danton, Marat ou encore Robespierre. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 est reproduite sur les murs de l’une de salles.

  • 75006. Ouvert tous les jours de 11h45 à 00h00.

    © DR