La 3e édition de l’appel à projets Parisculteurs est lancée

9035
© Adisa
© Adisa

Dans le cadre des Parisculteurs, 32 nouveaux sites sont proposés pour continuer à végétaliser Paris et promouvoir l’agriculture urbaine. 

Rappelez-vous, en janvier 2016, 33 entreprises, propriétaires parisiens, acteurs publics et parapublics signaient la charte « Objectif 100 hectares ». En 2017 41 nouvelles signatures ont été récoltées.

Après l’élection de 59 équipes lauréates lors des saison 1 et 2, la Ville de Paris propose une troisième saison de son appel à projets phare. Au total 32 sites, dont 11 proposés par la Mairie de Paris, feront l’objet d’un projet vert. Cela représente 5,8 hectares bientôt cultivés, dont plus de la moitié à aux abords de la capitale.

En attendant d’en savoir plus sur ces futurs projets, voici nos projets intra-muros coups de coeur de la saison 2 de Parisculteurs :

  • 75008 :

Le projet « HRVST dans le Métro« , porté par La Florentaise, veut lancer la première ferme verticale souterraine de Paris (sous le Parc Monceau). Elle fournira aux restaurateurs de la capitale un vaste choix d’aromates privilégiant les variétés insolites et méconnues. Les jeunes plants et micro-pousses seront cultivés sous LED dans des pots et substrats 100% renouvelables.

Pour l’instant, la boucle de retournement Van Dyck n’est composée que de tunnels désaffectés. © Jean Pierre Viguié / Mairie de Paris
  • 75010 :

Le projet « Fleurs de Paradis« , porté par MUGO & XTU Architects souhaite reconnecter la vente de fleurs dans la capitale aux cycles naturels. L’idée est de produire, sur une terrasse de 580 m² rue du Paradis, une vingtaine d’espèces de fleurs vivaces, des fraises et aromates, ainsi que des arbustes. La production sera rythmée par les saisons et les fleurs vendues aux entreprises pour embellir leurs espaces de travail.

© Parisculteurs / MUGO & XTU Architects
  • 75014 :

Le projet « Une ferme urbaine sur votre bâtiment« , porté par Urbagri propose la conception et l’animation de jardins potagers sur les deux terrasses (465 m² en tout) de la future résidence l’Imprimerie (72 appartements). Les habitants pourront s’abonner pour cultiver leur propre parcelle ou venir récolter les produits plantés par Urbagri. Des ateliers à destination des enfants et adultes seront proposés, ainsi que la mise en place d’un compostage des déchets ménagers de la résidence.  

  • 75020 :

Le projet « Aromates, fleurs et partage« , porté par Veni Verdi cible le collège Robert Doisneau, et ses toitures de 1 060 m². Des fleurs seront cultivés, notamment pour les visiteurs du cimetière du Père Lachaise. Une pépinière sera alimentée par des plants invendus récupérés auprès de Truffaut, partenaire du projet, qui seront soignés et bouturés. Des ateliers seront proposés aux collégiens sur les thèmes de l’alimentation et du jardinage.

© Parisculteurs : Veni Verdi
  • 75017 :

Le projet « La ferme florale Paris Batignolles« , porté par Ferme Florale Urbaine, Halage et Fleurs d’Ici va s’attaquer au Pôle Fret Batignolles prévu pour 2021. Y sera installée une ferme horticole, où chaque année seront confectionnés 22 000 bouquets de fleurs 100% parisiennes. 13 emplois seront créés, dont 8 en réinsertion grâce au partenariat avec l’association Halage.

© Parisculteurs / SIAMA Architectes Urbanistes
  • 75012 :

C’est la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais qui a proposé le site de 280 m² qui accueillera le projet « Cueillette Urbaine » porté par Culina Hortus. La toiture du bâtiment, face au bassin de l’Arsenal, deviendra lieu de culture de variétés rares, comme le concombre des Antilles, le basilic cannelle ou encore le poivron chocolat. Toute les plantations seront produites grâce à l’hydroponie et l’aquaponie sous serres. Les produits seront distribués en circuit direct à la supérette située à quelques dizaines de mètres du bâtiment.

© Parisculteurs / Cueillette Urbaine

Dans le même arrondissement, un projet d’un autre genre est prévu. « Le Vignoble de Paris« , porté par Urbagri, s’étendra sur 30 200 m², au cœur du Bois de Vincennes. Y seront cultivés des pieds de Sauvignon, Chardonnay, Pinot Noir et Gamay. On y produira également des légumes, des fruits et des champignons en polyculture. L’ensemble des produits, végétaux comme vin, seront distribués au sein du futur restaurant que la société Urbagri ouvrira à Paris.

Un bout du projet se trouvera ici, sur la Grande Plaine de l’Hippodrome © Jean Pierre Viguié / Mairie de Paris
  • 75016 :

Le projet « Maraîcher Sainte-Périne« , porté par GFA Les Tesserons, investira 5 000 m², au cœur d’un parc paysager de 6 hectares, propriété des Hôpitaux de Paris. Plantes florales, légumières et fruitières y seront cultivés dans le but de créer une économie circulaire dans le quartier. Les murs du groupe hospitalier seront quant à eux végétalisés.

Groupe hospitalier Sainte-Périne © Parisculteurs / GFA Les Tesserons
  • 75005

Le projet « Le potager du Quartier Latin« , porté par Alexandre Chamerland et Alexandre Ducrocq va s’installer sur les toits de l’Université Panthéon-Sorbonne. 400 m² de terrasse seront dédiés à du maraîchage en permaculture, à vocation participative et citoyenne. La production de légumes anciens et d’aromates sera proposée aux employés du site et riverains, mais également à la Caisse des Écoles du 5e arrondissement de Paris.

A l’heure actuelle les toits de la faculté ressemblent à ça © Malorie Claire / Groupement Green Team