Le nombre de ménages pauvres explose à Paris et en Ile-de-France

1088
© S.Borisov

La fondation Abbé Pierre s’alarme de la proportion de ménages pauvres qui augmente deux fois plus vite en Ile-de-France que dans le reste de la France.

La fondation Abbé-Pierre a publié ce mardi 8 octobre un rapport sur l’état du mal-logement en Ile-de-France et le constat est clair : dans cette région où le revenu moyen des ménages est nettement supérieur au reste de la France, la proportion de ménages pauvres augmente deux fois plus vite qu’ailleurs.

« Avec 1,2 million de personnes mal logées, la crise du logement semble insoluble en Ile-de-France, pourtant la région la plus riche du pays » note ainsi la fondation dans ce rapport qui précise également que le revenu mensuel moyen des ménages atteint 4 117 euros en Ile-de-France.

En cause ? Le logement, évidemment. « Si le revenu moyen des Franciliens est plus élevé que le revenu moyen des Français de 26 %, une location dans le parc privé sera 52 % plus chère » explique ainsi la fondation. Résultat, les ménages qui vivent dans le parc privé, soit environ 75% des Franciliens, doivent débourser en moyenne 40,8 % de leurs ressources à leur logement contre 20,1 % en 1988. Par ailleurs, la région Île de France, qui rassemble 18,2 % de la population française, concentre 33 % des habitants en bidonvilles et 41 % des expulsions locatives effectives.

Pour Eric Constantin, directeur de l’agence régionale Ile-de-France de la fondation Abbé-Pierre, ce constat est aussi clair qu’alarmant : « Tous les voyants sont au rouge et les évolutions ne laissent pas présager des améliorations ». La fondation créée par l’Abbé Pierre en 1992 exhorte les différentes instances en charge des politiques de l’habitat à « remettre les personnes mal logées au cœur du débat » et demande la construction de nouveaux logements accessibles aux plus défavorisés.

C.R