Les bons tuyaux de Cloclo : la Venise du Nord

1169
Bruges escapade Paris
© TTstudio
  • Pour quoi ? Un week-end en amoureux
  • Où ça ? A Bruges

En Belgique, il n’y a pas que la bière qui vaille le détour… Je vous le prouve avec une petite escapade dans une des villes les plus romantiques du plat pays : Bruges. 

Ça n’est pas pour rien qu’on appelle Bruges « la Venise du Nord ». Outre ses canaux, il y a dans l’air de cette petite ville belge (plaque tournante des Flandres dès le 12 ème siècle, tout de même) quelque chose qui à trait aux contes de fée. C’est donc évidemment une destination idéale pour les couples (mais célibataires, rassurez-vous, rien ne vous empêche de découvrir la ville seul.e ou entre ami.e.s).

Quoi faire a Bruges
© Boerescu
  • Le samedi, on fait quoi ?

La capitale de la Flandre-Occidentale est connue pour ses canaux, ses rues pavées et ses façades en briques de style gothique ou néo-gothique. Son centre historique avec ses places (Burg et Markt sont parmi les plus connues), ses monuments médiévaux et ses ruelles (ne manquez pas Stoofstraat) est vraiment plein de charme. En un mot ? Prenez une journée pour FLANER.

Du côté du canal Dijver, on longe l’eau à la découverte de la superbe architecture brugeoise et des dizaines de ponts (certains datent de l’époque médiévale) qui enjambent l’eau. D’ailleurs, le nom de Bruges viendrait d’un ancien mot germanique signifiant pont. Bien sûr, comme à Venise, vous pouvez découvrir la ville sur l’eau, grâces aux petits canots qui sillonnent Bruges.

Canaux Brugges week end
© Olena Z

L’après-midi, si vous souhaitez vous reposer dans un endroit bucolique où la nature est mise à l’honneur, rendez-vous au Minnewater. On appelle cet endroit « le lac de l’Amour » … Quand je vous dis que Bruges est une ville pour les amoureux ! La légende raconte que la jeune Minna Water se réfugia là, aux fonds des bois, pour éviter un mariage forcé. Lorsque son amoureux rentra de la guerre, sa fidèle amante succomba malheureusement d’épuisement. Le soldat enterra alors sa promise à l’endroit même où se trouve aujourd’hui le Minnewater. On dit qu’il détourna un cours d’eau pour créer ce lac au dessus de la tombe de sa belle.

lac amour Bruges
© Yasonya

La ville de Bruges a  la particularité de figurer trois fois sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO : pour son centre historique, son béguinage et  son beffroi. Le béguinage (appelé enclos de la Vigne, ou « De Wijngaard » en néerlandais) se trouve au bord du Minnewater. A l’origine, en 1225, c’est un groupe de jeunes femmes sans ressources qui s’y installent et créent une association pieuse.
Dans ce lieu hors du temps s’écrivent en quelques sortes les premières pages du féminisme, puisque « le mouvement des béguines (…) propose aux femmes d’exister en n’étant ni épouses, ni moniales, affranchies de toute domination masculine », explique Régine Pernoud dans son livre La Vierge et les saints au Moyen Âge. Aujourd’hui, le lieu est occupé par une congrégation de bénédictines. 

Beguinage Bruges
Le béguinage de Bruges © Jitchanamont

Pour ce qui est de la troisième merveille de Bruges, le beffroi, il surplombe la Halle aux draps sur la Grand-Place de la ville. Haute de 83 mètres (courageux/ses sont ceux qui s’attaquent aux 352 marches jusqu’au sommet… Mais la vue y est spectaculaire), la tour originelle datait du 13 ème siècle. Elle fut le symbole de l’indépendance communale de Bruges.

Beffroi Bruges
Beffroi de Bruges, sur la Grand-Place © MarinaD_37
  • Côté culture ?

Au 15 ème siècle, Bruges était, avec Florence, une capitale de l’art européen. Pour s’immerger dans ce passé glorieux, visitez le musée Groeninge qui offre un incroyable concentré de peinture flamande. Et ça n’est pas parce que nous sommes dans le plat pays que les brugeois.e.s (ou brugelin.e.s) ne sont pas adeptes du relief… Le musée 3D, ouvert très récemment, est l’exemple parfait de ce qui fait de Bruges une ville ancrée dans le passé sans être jamais immobile. 40 artistes internationaux y exposent des sculptures de chefs-d’œuvre des 15 ème et 16 ème siècles. Un bel hommage aux primitifs flamands (l’un des plus connus étant bien sûr Jan van Eyck).

  • Et le dimanche ?

Si jamais votre envie de voir la mer est intarissable (bienvenu.e au club), notez que le cœur historique de Bruges se situe à une quinzaine de kilomètres de la mer du Nord. A Le Coq, on se laisse charmer par des plages battues par les vents, où l’on se surprend à chantonner du Brel en mangeant une gaufre (ici appelée « waffels »)

De Haan plages Bruges
Pour rejoindre les plages de De Haan (Le Coq en français), comptez 36 min au départ de Bruges avec le bus n° 31 © Beketoff

Vous pouvez également vous promenez entre les moulins à vent, du côté du quartier Saint-Anne. En 1562, la ville de Bruges en comptait 25, mais au début du siècle dernier, il en restait deux… Seul le moulin Saint-Jean n’a jamais cessé de brasser du vent depuis 1770. Mais chacun de ceux qui s’élèvent aujourd’hui dans la ville valent le détour.

Moulin a vent Bruges
© Nigar Alizada
  • Qu’est ce qu’on mange ?

Bien sûr, il y a les moules frites… Mais finalement, la gastronomie brugeoise est surtout liquide ! Le matin ou pour le goûter, on s’offre « le chocolat chaud mondialement connu » de chez De Proeverie, une merveille d’onctuosité qui fait honneur à une recette familiale rudement bien gardée. Pour l’apéro, c’est dans les brasseries qu’il faut vous rendre. A Bruges, les amateurs/trices de bières sont gâté(e)s. Au musée de la bière (oui, il existe), le bar propose 16 bières différentes à la pression, le tout face à une vue superbe sur la Grand-Place.

                                           ⚠ L’abus d’alcool est dangereux pour la santé

Par ailleurs, notez qu’après 60 ans, la bière typique de Bruges, « la Bourgogne des Flandres » est de retour dans le centre de Bruges, avec sa propre brasserie. Bien sûr, elle se visite, et bien sûr, on y déguste ce nectar authentique dans un cadre idyllique.

Bon, et pour les gourmands, je vous confie ces deux adresses : House of Waffles pour les gaufres (sucrées ou salées) et Sanseveria pour un brunch cosy et chaleureux. Si vous avez envie de partager un repas gastronomique, direction le Den Gouden Harynck, où Philippe Serruys régale ses clients depuis quarante ans (16/20 au Gault et Millau, rien que ça).

gaufre Bruges
© Yury Dmitrienko
Cloclo les bons tuyaux
© Nice Illustration
  • On y va comment ? Prenez le Thalys à la Gare du Nord et 2h30/3h plus tard, vous voilà à Bruges. Rapide et efficace.

 

C.B