Paris est « l’homme sale de l’Europe » selon le Guardian

© P-Kheawtasang

Dimanche 22 septembre, The Guardian a consacré un article peu flatteur à la Ville Lumière : pour le quotidien anglais, la capitale s’est transformée en « Paris poubelle » et en « homme sale de l’Europe ». Anne Hidalgo a répondu à ces critiques.

Paris, ville poubelle ? C’est ce que déplore un article publié dimanche 22 septembre 2019 sur le site du quotidien britannique The Guardian. Dans cet article au titre très explicite – « Paris, ville du romantisme, se traîne la nouvelle image d’homme sale de l’Europe » – le journal dresse un bilan très négatif de la propreté dans la capitale et décrit la ville comme un « Paris poubelle ».

Le journal dépeint ainsi une capitale peuplée de trottinettes qui traînent, de déjections canines, de poubelles qui débordent, de graffitis sur les murs et de mégots de cigarette qui jonchent les trottoirs. Déplorant l’état dans lequel se trouve certaines rues de Paris, particulièrement dans le nord et l’est de la capitale, l’article rappelle au passage que la mairie de Paris dépense 550 millions d’euros chaque année pour nettoyer les 16 tonnes de crottes des trottoirs parisiens, ramasser les 350 tonnes de mégots et vider les 30 000 poubelles installées dans tout Paris.

Interrogé par le journal, Matthew Fraser – un professeur de communication à l’Université Américaine de Paris installé à Paris depuis 30 ans – estime que le problème vient en grande partie des habitudes des Parisiens. « Paris prospère sur son propre chaos moral. Rien n’est organisé, tout est anarchie urbaine » déplore-t-il en précisant que, pour lui, « les Français sont habitués à ce que l’État s’occupe de tous leurs besoins. Il se sentent peu obligés de prendre la responsabilité de leurs propres actions ».

Invitée lundi matin à la matinale de France Inter, Anne Hidalgo a répondu à ces critiques en rappelant que la mairie a « rajouté des effectifs partout » et « mis en place des équipes d’urgence propreté » depuis son arrivée à la tête du Conseil de Paris en 2014.

Elle a cependant reconnu ne pas être « satisfaite de la situation » et évoqué, elle aussi, un « problème d’éducation » : « Je pense qu’il faut tout reprendre à la base, l’éducation au respect, le respect de l’autre, le respect de son environnement, le respect de l’endroit où l’on vit », a ainsi estimé la maire socialiste de Paris.

C.R

Partager: