Paris se dotera d’une police municipale d’ici 2020

C’est une tradition vieille de plusieurs centaines d’années que la Maire de Paris a décidé de briser : bientôt, la ville accueillera une police municipale. 

« Les parisiens sont en demande d’ordre, Anne Hidalgo y répond », déclarait vendredi soir Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la Maire de Paris. C’est en effet après un audit sur la sécurité quotidienne des Parisiens que madame Hidalgo a décidé (alors qu’elle fut longtemps contre) de créer une police municipale dont le but sera de défendre l’ordre dans la capitale.

Sa spécificité ? Elle ne détiendra pas d’armes à feu. La Mairie prévoit de déployer 3 400 agents (parmi lesquels 1 200 agents actuels de surveillance de Paris) équipés de matraques, de bombes lacrymogènes et de caméras-piéton. Leur mission ? Garantir la propreté des rues, veiller à la tranquillité publique et protéger les citoyens dans leurs déplacements. 

Les agents de la DPSP feront partis de cette police municipale © R.Lescurieux

Changer une loi vieille de 219 ans

Paris est actuellement la seule des dix grandes villes de France a n’avoir pas de police municipale. C’est Napoléon Bonaparte qui décide, en juillet 1800, de rattacher les pouvoirs de police de la capitale au pouvoir central. Ces pouvoirs sont aujourd’hui toujours aux mains du préfet de police de Paris, qui dirige 15 000 agents de la police nationale.

Jusqu’à présent, c’était donc la police nationale seule qui était en charge du maintien de l’ordre public parisien.

Policiers municipaux et nationaux seront amenés à travailler ensemble © Ludovic Maillard / VDN

Rappel en quelques points des différences entre la police municipale et nationale :

  • le policier municipal obéit aux arrêtés du maire de la commune où il exerce
  • le policier national dépend du ministère de l’Intérieur.
  • Ils n’ont pas la même formation
  • Le policier municipal ne peut pas effectuer de contrôle d’identité.
  • le policier national peut mener des enquêtes lors d’une commission d’infractions et intervient plus largement sur des faits de délinquance (vol à l’arrachée, agression, cambriolage, stupéfiants, excès de vitesse etc).
  • Le policier municipal ne peut intervenir dans le domaine privé, il n’intervient que lors d’un « flagrant délit de délit ou de crime » (conflit de voisinage, délit de stationnement, rodéo sauvage, dépôts d’encombrant, etc)

Partager: