Paris : une maison de campagne vendue à 35 millions d’euros… avec un cadavre

maison-campagne-paris Ce bien en plein coeur de Paris s’est vendu avec un cadavre / Féau

Une maison de campagne parisienne s’est vendue à 35 millions d’euros… avec un cadavre à l’intérieur. La rédaction de Vivre Paris vous en dit plus sur cette histoire insolite. 

En janvier 2020, la rédaction de Vivre Paris vous informait qu’une maison de campagne située en plein coeur de Paris, dans le 7e arrondissement, s’était vendue à plus de 35 millions d’euros.

« Aujourd’hui, ce 23 janvier à 14 h 20, a été adjugée à la barre du tribunal (…) la dernière propriété d’envergure du quartier le plus recherché de Paris, le Faubourg Saint-Germain », a annoncé l’agence Daniel Féau. Et de préciser que la propriété « à l’allure d’une maison de campagne abandonnée, lovée à abri des regards indiscrets sur un espace vert protégé, donnant sur l’ancien appartement d’Yves Saint Laurent, a été adjugée pour la somme de 35,1 millions d’euros ».

À ce prix-là (qui ne comprenait pas les travaux de rénovation alors qu’il y avait tout à refaire), l’heureux acquéreur dont l’identité est restée anonyme a eu le droit à… UN CADAVRE ! En effet, c’est en sécurisant les lieux, en février dernier, que des techniciens ont fait cette macabre et inattendue découverte dans l’une des caves de la maison; cave dont personne, même pas l’avocat, ne connaissait l’existence. Momifié et caché sous des planches et des gravats, l’homme serait Jean-Pierre Renaud décédé il y a une trentaine d’années et au vu des traces de fractures et de blessures par arme blanche, il serait mort par homicide volontaire.

« Ce serait plutôt un homme qu’on peut classer dans les SDF, avec des problèmes d’alcool. Il semblerait que ce soit une baston entre marginaux. C’était un peu un squat, à ce moment-là. Mais on ne sait pas encore s’il a été tué sur place. Trente ans après, s’il s’agit d’une bagarre entre SDF alcoolisés, il n’y aura pas forcément de réponse, et l’auteur est peut-être même déjà décédé », a confié une source policière à nos confrères du Monde.

Toujours en cours, l’enquête, ordonnée par le Parquet de Paris, piétine même si les enfants du défunt ont été retrouvés après plusieurs semaines de recherches.

 

P B

Partager: