play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
chevron_left
  • cover play_arrow

    Vivre Paris Radio Radio Vivre Paris

Insolite

Les 20 immeubles les plus fous de Paris

today26 septembre 2021

Arrière-plan

Parce que Paris ne se découvre pas seulement à travers ses monuments les plus réputés, la rédaction de Vivre Paris vous propose de faire un tour insolite de la capitale à travers 20 de ses édifices les plus fous… Un par arrondissement, pas plus !

1er arrondissement (182 rue Saint-Honoré) : L’immeuble du Ministère de la Culture

Cet immeuble très inattendu dans un quartier qui regorge d’édifices sobres et bourgeois abrite le Ministère de la Culture et de la Communication. Il a été rénové et restructuré par les architectes Francis Soler et Frédéric Druot en 2004 qui lui ont ajouté cette inattendue résille argentée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Architecture Photography (@clocharch)

2e arrondissement (78 rue Montorgeuil) : Le Rocher du Cancale

Bien que l’on soit tous passés devant des dizaines de fois, l’immeuble qui abrite le Rocher du Cancale – l’adresse de prédilection de Balzac en son temps ! – ne cesse jamais de faire son petit effet dans la rue Montorgueil !

3e arrondissement (254 Rue Saint-Martin) : L’immeuble coupé de la rue Saint-Martin

Qu’est-il arrivé à cet immeuble du 3e arrondissement ? Eh bien rien du tout, il a simplement été construit ainsi afin de ne pas empiéter sur l’église Saint-Nicolas-des-Champs voisine. Tous les immeubles de cette partie de la rue sont d’ailleurs construits de la même manière !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sam J (@callicles)

4e arrondissement (11/13 rue François Miron) : Les enseignes du Faucheur et du Mouton

Situées au 11 et 13 de la rue François Miron, ces deux maisons à colombage nous viennent de 1644 et sont l’un des rares exemples d’architecture médiévale privée à Paris ! De vieilles dames qui tiennent encore très bien debout.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par jjmoon (@ggmounet)

5e arrondissement (134 rue Mouffetard) : La façade animalo-champêtre

Beau, moche, étonnant ? Tout le monde a un avis sur cette façade qui fait gambader sur ses murs des oiseaux de basse-cour, des cerfs et des sangliers depuis 1930. Nous aussi, mais on le gardera pour nous !

6e arrondissement (3 rue Michelet) : L’Institut d’Art et Archéologie de Paris

Cet immeuble, qui héberge l’Institut d’Art et d’Archéologie de Paris, est particulièrement insolite au coeur du Quartier latin ! Si on ne savait pas qu’il a été érigé là dans les années 1920 par un architecte tout ce qu’il y a de plus français, on aurait bien du mal à lui trouver une origine et une date de construction…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nicolas Dorval-Bory (@nicolas_db)

 

7e arrondissement (29 avenue Rapp) : L’immeuble Lavirotte

Grâce à son style Art nouveau reconnaissable entre mille et ses très nombreuses ornementations, cet immeuble de l’avenue Rapp réalisé par Jules Lavirotte remporte haut-la-main la palme de l’immeuble le plus “fourni” de Paris.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nina Danilova (@nininanino) le

8e arrondissement (119 rue Saint-Lazare) : La bicoque alsacienne

Perdue au milieu des édifices du XIXe siècle à deux pas de la gare Saint-Lazare, cette maison qui a longtemps abrité un restaurant alsacien, accueille désormais un McDo… Ce qui a de quoi surprendre le badaud !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pâris Miltiades (@pmiltiades)

 

9e arrondissement (11 Cité Malesherbes) : La maison polychrome

Cette maison érigée dans la très privée Cité Malesherbes est un étonnement constant pour les yeux : elle a été construite en 1856 par l’architecte Anatole Jal et décorée par son comparse Pierre-Jules Jollivet, à qui l’on doit également les laves émaillées de l’église Saint Vincent de Paul dans le 10e arrondissement. Un régal.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @ectrohh

 

10e arrondissement (145 rue Lafayette) : Le faux immeuble RATP

Pourquoi parle-t-on de cet immeuble alors qu’il semble tout ce qu’il y a de plus banal ? Eh bien parce qu’il s’agit d’un immeuble factice, utilisé par la RATP afin de dissimuler un puits de ventilation. Derrière, il n’y a donc ni habitants ni bureaux, mais beaucoup de vent !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Arnaud Malon (@zemoko)

 

11e arrondissement (50/52 boulevard Voltaire) : Le Bataclan

Avec ses couleurs jaunes et rouges, son ornementation géométrique et son toit inspiré d’une pagode chinoise, le Bataclan est et restera toujours l’un des édifices les plus étonnants et les plus beaux de la capitale.

 

12e arrondissement (40 Bis Route de Ceinture du Lac Daumesnil) : L’Institut International Bouddhique

Édifice insolite parmi les édifices insolites, la Grande Pagode du Bois de Vincennes est sans conteste la construction la plus étonnante de l’arrondissement de Reuilly. Un lieu qui nous fait voyager en quelques stations de métro !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par julien (@verjul)

 

13e arrondissement (31-33 rue de la Glacière) : La maison rouge vif

Du rouge, du rouge et encore du rouge pour cette maison qui est sans doute la chose la plus rouge de tout Paris… Ah non, pardon, la partie supérieure de l’édifice est complètement bleue ! Et le blanc, il est où ?

 

14e arrondissement (17 Rue de la Gaité, 75014) : La façade du Théâtre de la Comédie Italienne

A-t-on vraiment besoin de dire à quel point on trouve cette façade étonnante (un peu kitsch, mais on aime !), inattendue et revigorante ? À découvrir absolument si vous passez du côté de Montparnasse.

 

15e arrondissement (43 bis rue Desnouettes) : Les maisons-cubes vert fluo

Achevé en 2012, cet ensemble architectural accueille des logements sociaux et des bureaux de la RATP. L’édifice est l’oeuvre de l’architecte Emmanuel Saadi et nous mène tout droit vers la promenade verte de la Petite Ceinture… d’où sa couleur verte !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par f_dsf (@f_dsf)

 

16e arrondissement (Villa de Beauséjour) : Les Isbas de la Villa de Beauséjour

Vestiges du pavillon russe de l’exposition universelle de 1867, les Isbas russes de la Villa de Beauséjour sont classées monuments historiques depuis 1992 et forment un étonnant ensemble d’édifices dans ce quartier particulièrement bourgeois ! Un délice.

 

17e arrondissement (8 rue Alfred de Vigny) : L’immeuble Menier

Caché dans une petite cour non loin du parc Monceau, cet immeuble de style néo-renaissance-normando-mauresque (oui, ça existe !) est l’un des plus éclectiques de la capitale. Une surprise et un ravissement pour les yeux.

 

18e arrondissement (185 rue Belliard) : L’immeuble Denieux

Entièrement revêtu de mosaïques réalisées en carreaux de grès flammés colorés, cet immeuble a été créé par l’architecte Henri Deneux au début des années 1910. La porte d’entrée principale (que l’on ne voie pas sur la photo) est surmontée d’une représentation d’un architecte médiéval et est à découvrir avec attention également.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Merci France Tour (@mercifrancetour)

 

19e arrondissement (103 rue de Meaux) : Le chalet alpin

Vestige de l’Exposition universelle de 1867, ce petit chalet en bois semble bien seul au coeur du 19e arrondissement. Installé ici depuis le début des années 1880, il a d’ailleurs longtemps été accompagné de son frère jumeau. Ce dernier a malheureusement été détruit il y a plus d’un siècle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean Mi/Chel ✈ G. (@juliet.mike)

 

20e arrondissement (163 rue des Pyrénées) : La maison abandonnée

Abandonnée depuis plus d’une décennie, la maison située au numéro 163 de la rue des Pyrénées pourrait être l’une des plus tristes de la capitale, et pourtant : elle a été redécorée par un street-artiste et est désormais l’une des plus jolies du quartier. Chapeau, l’artiste !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par No Comment (@nocommentparis75)

Découvrez également les ruelles les plus bucoliques de Paris ! 

Écrit par: La REdaction


Article précédent

musee quai branly expo ultime combat
Photo de une : Musée du Quai Branly © pack-Shot Photo de une : Musée du Quai Branly © pack shot

Culture

Découvrez l’histoire des arts martiaux au Quai Branly

Le musée du Quai Branly nous propose une rétrospective sur l’histoire des arts martiaux asiatiques avec l’exposition Ultime Combat, du 28 septembre 2021 au 16 janvier 2022 ! Une exposition qui va ravir les plus friands de films de sabre et de kungfu : le musée du quai Branly nous fait découvrir toute l’histoire et toutes les techniques des arts martiaux avec sa nouvelle exposition Ultime Combat - Arts martiaux […]

today24 septembre 2021


0%