Notre-Dame : les milliardaires français n’ont pas versé leurs dons

Trois mois après l’incendie de la Cathédrale Notre-Dame, l’immense majorité des promesses de dons se fait encore attendre. Et parmi cet argent qui manque à l’appel, celui des milliardaires français.

Au lendemain de l’incendie qui a détruit une partie de Notre-Dame, les milliardaires se sont montrés particulièrement généreux, promettant des dizaines voire des centaines de millions d’euros chacun pour aider à la reconstruction de l’édifice millénaire. Pourtant, trois mois plus tard, la tirelire est encore bien vide.

Bernard Arnault avait promis 200 millions d’euros. François Pinault en avait promis la moitié, soit tout de même 100 millions d’euros. Sauf que, pour l’instant, les deux milliardaires n’ont versé que 10 millions d’euros. Idem pour la plupart des grandes entreprises françaises qui avaient promis des dons importants (L’Oréal, Total, etc.), mais n’ont pas encore mis la main au portefeuille.

Notre Dame de Paris renovation tribune

© Yann Castanier / Hans Lucas

Invité de la Matinale de RTL lundi 8 juillet, Monseigneur Aupetit, archevêque de Paris, a d’ailleurs estimé que seulement « 10% du montant promis » avait bel et bien été versé. Parmi ces dons effectifs, une grosse partie vient des donateurs étrangers. Comment expliquer une telle différence entre les sommes promises et celles réellement versées ?

Il semblerait en réalité que les donateurs français attendent le vote du projet de loi pour la reconstruction de Notre-Dame avant de verser les dons promis. Or, ce texte, qui comprend la souscription nationale, a pris pas mal de retard : il avait été adopté par l’Assemblée nationale en première lecture, mais a été retoqué par le Sénat début juin.

C’est donc un nouveau texte de loi qui est passé devant les parlementaires du Sénat ce 10 juillet 2019 : adopté, il a néanmoins fait l’objet de plusieurs modifications. Le texte va donc retourner à l’Assemblée nationale, qui aura le dernier mot. Ce contretemps législatif expliquerait pourquoi les milliardaires sont encore frileux à l’idée de sortir le carnet de chèque : ils attendent de savoir où va partir leur argent et comment il sera dépensé. Généreux, mais sous conditions !

C.R

Partager: