Paris : Banksy à l’honneur dans une exposition

Banksy exposition

En juin 2019, au Musée du Graffiti, une exposition monographique va mettre à l’honneur le travail du street-artiste le plus mystérieux et engagé du 21e siècle.

De Banksy, on connait son lieu de naissance : Bristol, en Angleterre, en 1974 ; son engagement à travers ses oeuvres de street art ; et son goût pour les mises en scène bien ficelées (rappelez-vous l’épisode des enchères de Sotheby’s, où son oeuvre s’est auto-détruite juste après avoir été vendue).

Banksy préserve avec ferveur son anonymat © Sergey Pyatakov

Le personnage et ses oeuvres, qui dénoncent souvent les problèmes politiques et sociétaux de notre société, fascinent.

Pour les (re)découvrir, rendez-vous au Musée du Graffiti (20 Passage du Ponceau, 75002), dès le 1er juin 2019, pour une exposition dont on ignore encore les tenants et aboutissants…  Mais puisqu’elle mettra à l’honneur le street-artiste le plus mystérieux du 21ème siècle, ça n’a rien d’étonnant. 

En attendant, petit tour des lieux de Paris où Banksy a laissé sa marque :

  • Boulevard Ney (75018) : une oeuvre découverte le 20 juin 2018, réalisée peu de temps après le démantèlement d’un camp de réfugiés . Elle représente une petite fille noire recouvrant à l’aérosol une croix gammée de motifs roses de tapisserie. Cette oeuvre a été vandalisée depuis.
  • Rue Victor Cousin (75005) : ce pochoir montre un  homme donnant à manger à un chien l’os de la patte de l’animal, qu’il vient de couper. On trouve ici une allégorie du capitalisme.
  • Avenue de Flandre (75019) : une référence à la peinture de 1801, « Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard » par Jacques-Louis David. Mais ici, l’empereur a le visage et le torse recouverts d’un grand drap rouge.

     

    Voir cette publication sur Instagram

     

    . LIBERTÉ, ÉGALITÉ, CABLE TV

    Une publication partagée par Banksy (@banksy) le

  • Pont Rouelle (75016) : L’artiste a posé, sur un des piliers du pont, un couple de rongeurs, le mâle portant un chapeau melon et une canne, et la femme une ombrelle. Ils semblent admirer la Tour Eiffel.
  • Passage de la Main d’Or (75005) : L’un des murs de la rue est recouvert d’un pochoir de rat coiffé d’un noeud rose, référence claire à Minnie et aux studios Disney. Le rongeur se tient sur le chiffre 1968, une façon de montrer du doigt une société qui annihile les révoltes avec de la fantaisie.
  • Rue du Mont Cénis (75018) : Les rongeurs sont à l’honneur avec Banksy car il symbolise la classe persécutée et chassée, qui vit sans permission et se rebelle pour survivre. Cette oeuvre là représente donc un rat, s’envolant sur le bouchon d’une bouteille de champagne en direction de Montmartre.
  • Rue Rambuteau (75003) : Encore une fois, c’est un rat, masqué et tenant un journal dans ses pattes. Il est peint sur un panneau près de la Bibliothèque Publique d’Information. Sur son compte instagram, Banksy a légendé cette photo ainsi : « 50 ans depuis le soulèvement de Paris en 1968. Le lieu de naissance de l’art du pochoir moderne. »
  • Le Bataclan (75011) : La silhouette blanche d’une femme voilée, endeuillée, a été peinte par l’artiste sur l’une des issues de secours de la salle, juste après les attentats de novembre 2015. C’est par cette porte que beaucoup de personnes se sont échappées lors de l’attaque terroriste.

     

    Voir cette publication sur Instagram

     

    . Fire door, Bataclan

    Une publication partagée par Banksy (@banksy) le

Partager: