Sous Paris : 5 lieux souterrains à visiter sous les pavés parisiens

Les Catacombes de Paris © Stas Guk

Sous les pavés, un autre Paris ! Au fil de son histoire, la capitale a utilisé ses souterrains pour bien des raisons : construire ses immeubles, se protéger, conserver ses morts ou assainir ses rues… Beaucoup de ces lieux sont désormais inutiles, mais constituent une très belle page de notre histoire et peuvent être visités. Tour d’horizon des lieux « officiels » à découvrir sous Paris.

Les Catacombes

Comment entamer cette sélection sans évoquer ce lieu devenu l’un des préférés des touristes et Parisiens ? Au sein d’un parcours de 1,5 km et à 20 mètres de profondeur, le plus grand ossuaire du monde abrite les restes de quelque 6 millions d’êtres humains… Deux conseils pour visiter ce lieu : prenez toujours un pull avant d’y aller même en pleine canicule et optez, si vous le pouvez, pour l’audioguide qui rend la visite vraiment plus intéressante !

View this post on Instagram

☠️ Les Catacombes de PARIS ☠️

A post shared by En To (@antho_garnier) on

Plus d’infos : https://www.catacombes.paris.fr/

Le Musée des Égouts de Paris

Notez-le dans votre agenda : le Musée des Égouts de Paris, fermé depuis juillet 2018, doit rouvrir ses portes le 1er octobre 2020, autrement dit tout bientôt ! Son entrée sera toujours située au niveau du pont de l’Alma, face au 93 quai d’Orsay dans le 7e arrondissement, mais le parcours sera entièrement revu et la scénographie améliorée et modernisée.

Plus d’infos : https://www.parisinfo.com/musee-monument-paris/71499/Musee-des-egouts-de-Paris

Le poste de commandement pendant la Libération de Paris

Situé à 20 mètres sous le musée de la Libération de Paris, l’ancien poste de commandement utilisé pendant la Libération de Paris en août 1944 nous mène sur les traces du Colonel Henri Rol-Tanguy, chef des FFI d’Ile-de-France, et au coeur des événements qui ont permis de mettre fin à l’Occupation allemande lors de la Seconde Guerre mondiale. Une visite libre  et une visite en réalité mixte vous sont proposées pour une plongée immersive en 1944.

View this post on Instagram

Abri FFI Désormais ouvert au public après des années en état d’abandon, il est situé sous le bâtiment ouest de la barrière de l’Octroi, place Denfert-Rochereau, il était jusqu’ici le siège de l’IGC. A la base abri de défense passive, il devient le poste secret de commandement des FFI du colonel Rol-Tanguy d’où a été coordonnée l’insurrection de Paris en août 1944. Rol-Tanguy découvre les carrières de Paris grâce à René Suttel. Étudiant en école de médecine ce dernier cartographie avec un ami de 1943 à 1945 les carrières ainsi qu’autour des abris allemands. Il décide de partager ce travail à la Résistance. C’est ainsi que Rol-Tanguy se présentant sous le nom de Morel découvre le dédale parisien. R.Suttel lui fourni une carte et c’est ainsi qu’il établi son QG dans l’abri de défense passive de la barrière de l’Octroi. Il est très étrange de visiter cet abri après réfection. J’ai eu l’occasion de le visiter il y a 10 ans et il était complètement tagué Pour une visite plus complète voici mon article de blog sur cet abri : https://www.neverends.net/labri-ffi-force-francaise-de-linterieur/

A post shared by Diane DC (@neverends_ddc) on

Plus d’infos : https://www.museeliberation-leclerc-moulin.paris.fr/

Le bunker anti-bombardement de la Gare de l’Est

Fermé à l’année, mais ouvert tous les ans lors des Journées du patrimoine, ce bunker  situé sous les voies 3 et 4 de la gare de l’Est est figé dans le temps depuis 1941 : établi sur 120 m2, le bunker abrite une salle de contrôle, un central téléphonique, une foule de protections contre les attaques au gaz… et bien d’autres détails que l’on vous raconte dans notre article dédié à ce lieu étonnant sous Paris !

La station fantôme Porte-des-Lilas-Cinéma

Au nombre de 13, les stations fantômes du métro parisien n’accueillent aucun voyageur et ne semblent être là que pour alimenter la curiosité des Parisiens. Pourtant, certaines d’entre elles comme la station Porte-des-Lilas-Cinéma, peuvent être visitées lors des Journées du Patrimoine : cette station, fermée en 1971, s’est depuis transformée en plateau de cinéma et accueille chaque année une demi-douzaine de tournages. Un lieu qui plaira aussi bien aux amoureux de Paris qu’aux cinéphiles

C.D

Partager: