La Pagode : l’emblématique cinéma de la rive gauche s’apprête à renaître

Le cinéma La Pagode, avant sa fermeture et le début de la restauration © Nat Maga

Fermé depuis 2015, le cinéma La Pagode, reconnaissable entre mille au coeur du 7e arrondissement, va renaître à l’automne 2022, entièrement restauré.

Niché depuis 1895 à l’angle des rues de Babylone et Monsieur au cœur du 7e arrondissement, ce cinéma d’art et d’essai est mythique à bien des égards. Son statut d’abord : il est le seul cinéma de l’arrondissement ! Son architecture insolite ensuite : avec ses airs de temple nippon et son superbe jardin japonisant, il n’a rien à envier à l’autre Pagode parisienne, celle de la rue de Courcelles !

Vers une réouverture à l’automne 2022

Le cinéma, fermé en 2015, a été racheté en 2017 par le magnat américain Charles S. Cohen, un cinéphile et francophile, et devrait rouvrir ses portes à l’automne 2022, entièrement restauré. Le projet de restauration, débuté en début d’année, envisage le remplacement de l’entrée actuelle par un portail vitré permettant de voir la façade classée et le jardin, mais pour le reste tout se passe surtout en sous-sol, avec l’installation de quatre salles (au lieu de deux à sa fermeture) donc deux en sous-sol.

Gros bémol concernant ces travaux cependant : au tout début du confinement, le 11 mai 2020, plusieurs arbres mythiques du jardin – le marronnier, le ginkgo biloba et, surtout, le hêtre pleureur planté dans les années 1930 – ont été abattus. Ces derniers, non-inscrits comme « arbres remarquables », ont été abattus afin de réaliser les salles souterraines sous le cinéma et permettre, ainsi, de conserver à la fois la structure initiale que l’on aime tant et la jauge de 400 sièges, tout en respectant les normes de sécurité et d’accessibilité.

Malgré la colère suscitée par l’abattage des arbres du jardin, les responsables du projet insistent sur le fait que la restauration est suivie de près par la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France) et par les architectes des bâtiments de France et que cette restauration respectera l’apparence historique de l’édifice, construit comme une salle de bal en 1895 avant de devenir un cinéma d’art et d’essai dans les années 1930. Quant à la cour aujourd’hui vide de ses habitants végétaux, elle devrait à nouveau devenir un véritable jardin japonais sous la conception de la paysagiste Ursula Wieser. On a hâte de découvrir tout ça… Pour cela, rendez-vous en 2022 !


+D’INFOS

La Pagode
57 rue de Babylone, 75007 Paris

C.D

Partager: