Musée du Louvre : 3 anecdotes surprenantes

anecdotes surprenantes louvre © agsaz 3 anecdotes surprenantes sur le Louvre / © agsaz

Tout le monde connaît son nom, de nombreux français y sont déjà allés et pourtant le Louvre a encore plein de choses à nous dévoiler ! Voici 3 anecdotes qui vont vous surprendre.

>> Visitez le Louvre en LIVE et en DIRECT de chez vous 

Ses chiffres sont hors du commun

En plus des 35 000 œuvres qui ornent ses murs, le Louvre en abrite 425 000 dans ses sous-sols ! Car malgré ses 73 000 m2 il ne peut pas tout exposer (à peine 8% de ce qu’il possède)… C’est le plus grand musée mais aussi le plus fréquenté du monde avec 9,5 millions de visiteurs par an qui viennent arpenter 403 salles, protégées et entretenues par plus de 2500 employés.

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Musée du Louvre (@museelouvre)

Les œuvres conservées sont extraordinaires

On peut utiliser tous les superlatifs pour les œuvres du Louvre : si la plus connue est bien sûr la Joconde, la plus ancienne est la statue d’Aïn Ghazal qui a 9000 ans, quant à la plus grande c’est « Les Noces de Cana » qui mesure 10 mètres de long sur 6,7 mètres de hauteur soit 67 m2 ! Enfin la plus inspirante est sans doute la Victoire de Samothrace puisqu’elle est même à l’origine du fameux logo de Rolls Royce…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Mapi (@simply.poetree)

Le premier signal téléphonique est parti de son toit

Alors que la Révolution Française éclate à la fin du 18ème siècle, Claude Chappe met au point un système pour communiquer à distance : le télégraphe aérien (l’ancêtre du téléphone). La première ligne ouverte en 1794 relie Paris à Lille depuis un relais installé sur le toit du Louvre !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jorian / Yonah (@jorianps)

Le Louvre regorge aussi d’histoires mystérieuses et de légendes : suivez notre visite virtuelle en live samedi 21 novembre 2020 à 14h sur Facebook pour les découvrir !

A. C.

Partager: