À Paris, 10% des bars et restaurants n’ont pas pu reprendre leur activité depuis le déconfinement 

Les tables vides d’une brasserie parisienne © Catarina Belova

Si la plupart des cafés, bars et restaurants parisiens ont pu rouvrir leurs portes le 15 juin dernier, un établissement sur deux dit connaître une baisse d’activité et 10% des établissements n’ont pas pu reprendre leur activité depuis le déconfinement.

Alors que le port du masque est désormais obligatoire dans tous les lieux publics clos, les cafés, bars, hôtels et restaurants parisiens continuent de subir de plein fouet la crise du coronavirus. Selon un sondage réalisé par le Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI HCR) auprès de ses 5 500 adhérents, 10% des établissements n’ont pas été en mesure de reprendre leur activité : certains, déjà impacté par la grève de la fin d’année 2019, ont mis la clé sous la porte pendant le confinement, d’autres ont tenté une réouverture le 15 juin, voir un peu avant grâce aux terrasses, mais ont été contraints de refermer leurs portes au bout de quelques jours en raison d’un manque de clients et de contraintes financières trop lourdes.

Une baisse de chiffre d’affaires pour un établissement parisien sur deux

Selon ce même sondage du GNI HCR, un établissement parisien sur deux dit connaître une baisse d’activité depuis la fin du confinement. Seule éclaircie dans ce sombre tableau : parmi les établissements qui ont pu rouvrir leurs portes, ce sont les bistrots de quartier, ceux dont la trésorerie est a priori la plus précaire, qui s’en sortent le mieux. Leur clientèle, majoritairement composée de Parisiens et d’habitués, est revenue assez rapidement et la possibilité de créer des terrasses temporaires jusqu’à la fin septembre permet à beaucoup d’attirer plus facilement de nouveaux clients.

Concernent les brasseries estampillées « touristiques », ou simplement situées dans les quartiers les plus touristiques comme Montmartre, les alentours de la tour Eiffel ou ceux du Louvre, c’est une autre histoire. Interrogé par Le Parisien, le gérant de la Brasserie de la tour Eiffel, située avenue de la Bourdonnais dans le 7e arrondissement, explique que son chiffre d’affaires a chuté de manière vertigineuse depuis la réouverture de son établissement : « La semaine, je suis entre 10 % et 20 % de mon chiffre habituel. Le week-end est un peu moins catastrophique, mais on ne parvient qu’à faire entre 30 % et 35 % » Si certains espèrent une embellie à l’automne, la plupart ne croient pas à un retour à la « normale » avant la fin de l’année, voire le début de l’année 2021… Si tout va bien.

 

 

C.D

Partager: