Paris : catastrophe en vue pour le tourisme cet été

Des touristes à Montmartre © Bellena

Alors que les mois de juillet et août sont traditionnellement parmi les plus chargés pour le monde touristique parisien, la plupart des commerces et services du secteur n’atteignent pas le point d’équilibre… Et la situation ne va pas s’améliorer.

Bercy Village

Une tour Eiffel à moitié vide, des hôtels et des cinémas qui referment leurs portes faute de clients, des restaurants qui n’ouvrent qu’en soirée, deux à trois fois moins de bateaux de croisière sur la Seine… Depuis le début de l’année, la région Ile-de-France a perdu 16 millions de visiteurs, correspondant à un manque à gagner de près de 7 milliards d’euros, selon le Comité Régional du Tourisme. Et la situation ne va guère en s’améliorant : tous les secteurs liés au tourisme à Paris, première ville touristique internationale, sont encore en berne et s’apprêtent à vivre un été catastrophique. Car, si une baisse de l’ordre de 40 à 50%, était attendue, elle semble être encore plus conséquente que prévue…

Le monde de l’hôtellerie est le secteur le plus touché

Les causes principales de ce manque de touristes sont l’absence d’une grande partie de la clientèle étrangère, principalement la clientèle américaine et asiatique qui arrive par les avions long-courriers (pour la plupart annulés), mais également la clientèle européenne qui, comme nous, privilégie les destinations nationales.

Si tous les secteurs liés au tourisme sont touchés, le monde de l’hôtellerie est particulièrement impacté par ce manque de clients étrangers : alors qu’en juillet 2019, le taux d’occupation approchait les 90%, ce dernier atteint péniblement les 33% en juillet 2020. Là où, dans la restauration et la culture, les Français et Parisiens peuvent compenser les pertes, dans l’hôtellerie, c’est une autre histoire : les Français sont à peine 15% à choisir l’hôtel pour leurs vacances, impossible donc d’espérer atteindre le point d’équilibre grâce à eux !

Interrogée par le Parisien, Fiora Lafranchi, directrice d’un hôtel du 9e arrondissement, explique avoir du refermer son établissement, faute de clients : « le bilan du mois de juillet a été un petit peu dramatique, avec 20% d’occupation seulement, on a donc pris la décision de refermer ». Face à ces difficultés, près de la moitié des établissements hôteliers parisiens resteront fermés au mois d’août.

La culture et la restauration également à la peine

Pour le monde culturel et gastronomique, le constat n’est guère plus réjouissant. Si certains petits musées comme le Musée Delacroix ont trouvé la parade en rendant leur accès gratuit, les grands musées sont aussi à la peine : le Musée du Louvre a par exemple vu son nombre de visiteurs divisé par quatre au mois de juillet 2020 ! Quant aux cafés, bars et restaurants parisiens, ils continuent eux aussi de subir de plein fouet la crise du coronavirus : certains ne rouvriront jamais leurs portes, d’autres attendent le mois de septembre, et, selon un sondage réalisé par le Groupement national des indépendants hôtellerie et restauration (GNI HCR), la moitié d’entre eux connait une baisse conséquente de son activité depuis la fin du confinement.

C.D

Partager: